Qu’est-ce qui donne le ton à un festival du rire ? C’est tout simplement un mélange subtil de différents genres d’humour. En invitant les humoristes de La Réunion, de Rodrigues, des Seychelles et de France sur une même plateforme, cela donne un cocktail explosif. Le résultat : différentes couleurs du rire servies par des humoristes rôdés. Si Maroni, de La Réunion, nous a fait forte impression hier au KafeT@Komiko, le trio Les 3 Moustikers reste les favoris.
Ambiance conviviale hier soir au KafeT@Komiko. Ce n’était pas la grande foule, rien que des habitués, les fans de Miselaine et de sa troupe Les Komiko. Ils avaient envie de saluer à leur manière ce 4e Festival du rire, riche en rebondissements avec des humoristes triés sur le volet.
Maroni de La Réunion, un nouveau nom auquel il faudra s’y habituer, a su donner la pleine mesure de son talent. Rondouillard, il vibre sur les rythmes en interprétant une chanson faisant les louanges des personnes bien en chair, qui a bien fait marrer l’auditoire. Maroni, tout comme Miselaine joue habilement de ses rondeurs. Il titille son public, se montre convaincant et arrive surtout à garder le rythme jusqu’à la fin. Un talent confirmé qu’on aurait bien aimé revoir sur la scène du KafeT@Komiko.
Idem pour le Seychellois Joseph Sinon. Son humour plaît dès la première seconde. Pour faire rire son public, Joseph Sinon s’inspire de sa vie et des petits travers de la société. Les danses qu’il exécute à sa manière, tout en gardant jusqu’au bout son énergie, sont des atouts qu’il utilisent à bon escient à chacune de ses prestations. Il sait plaire aux femmes. Démarche chaloupée et accent qui swingue, son jeu de scène est d’une finesse…
Au niveau de Maurice, notre coup de coeur va directement au trio Les 3 Moustikers, composé de Stéphan Raynal, Berty Prosper et Alain Narainsamy. Ce dernier a du coffre dans la voix et son interprétation en dérision de Sous le Vent de Garou est convaincant. Ce qui plaît chez eux, c’est la justesse des notes. Berty Prosper est époustouflant dans un remake à la Olivia Newton John, et avec lui, le rire est fusionnel.
Anne Roumanoff était aussi de la partie hier soir. Elle nous contait en avant-première qu’un petit « Je t’aime » avant l’amour peut mettre des femmes en meilleure condition physique. Elle nous a livré un aperçu de ce que sera son One Woman Show, le vendredi 16 août à 20 heures au J & J Auditorium, Phoenix.
Invité surprise à ce Festival, Bradley, pas plus haut que trois pommes et sosie conforme de Psy, a livré un numéro délirant de Gangnam Style. Le festival de Miselaine démarre sous de bons auspices avec une belle brochette d’artistes. Parmi, Malik Bentalah du Jamel Comedy Club, qui se produira le samedi 17 août à 20 heures au KafeT@Komiko.