C’est avec un mental de fer que le Curepipe Starlight SC, déjà sacré champion de la Premier League, disputera la finale de la Republic Cup face à un erratique Pamplemousses SC demain à 15h au New George V Stadium (Curepipe).
Champion dimanche dernier à une journée de la fin du championnat, le CSSC est en bonne posture pour ajouter un autre fleuron à son palmarès 2012-13 s’il arrive à remporter la Republic Cup. Il y a peu, Fidy Rasoanaivo, entraîneur de la formation de Curepipe, avait déclaré au Mauricien que son équipe visait un triplé historique cette année.
Privé de trois titulaires dimanche dernier lors de son festival ponctué par un 8-0 contre la lanterne rouge Savanne SC, le CSSC se présentera au complet demain. Ce qui s’annonce de bon augure pour la bande à Rasoanaivo. Mais gare à un excès de confiance du côté curepipien.
« C’est un honneur pour les joueurs de disputer cette finale. Nous avons connu une bonne saison. Nous sommes champions et les joueurs joueront avec plus de confiance. Ils ont cette envie de bien réussir. Mais je leur ai dit qu’ils doivent rester concentrés sur leur objectif. C’est un match à prendre au sérieux et il faut éviter de tomber dans l’excès. L’adversaire nous a causé des difficulté lors de notre dernière confrontation. Ce ne sera pas un après-midi de tout repos », déclare Fidy Rasoanaivo.
Quoi qu’il en soit, il faut dire que le CSSC partira favori. Lors de leur confrontation il y a deux semaines pour un match en retard de la Premier League, les Curepipiens se sont imposés 3-1. Certes, le CSSC possède un avantage psychologique sur son adversaire, mais les champions de Maurice doivent rester sur leurs gardes puisque le Pamplemousses SC peut se transcender et donner du fil à retordre aux coéquipiers de Vincent Labonté.
« Nous sommes conscients que l’adversaire est costaud. D’ailleurs, il vient de décrocher le titre. C’est déjà une indication. Mais la Republic Cup reste toutefois une opportunité pour nous de sauver notre saison. Pour cela, il faudra tout donner. Toutefois, Guillaume Sockalingum et Kersley Appou demeurent incertains pour demain », fait ressortir Henri Spéville, entraîneur de l’équipe nordiste.