Les 100 « general workers » de la Road Development Authority (RDA) licenciés mardi après avoir été recrutés il y a cinq mois ne comptent pas rester les bras croisés. Rencontrant Le Mauricien dans la matinée, ils affirment avoir déjà sollicité un avis légal pour étudier la marche à suivre, soutenant que la raison de ce renvoi massif ne tient absolument pas la route.
Après une réunion hier avec le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, en présence du General Manager de la RDA, Kadressen Dorsamy, les 100 anciens employés licenciés se sont regroupés au Jardin de la Compagnie pour de nouvelles consultations. « Nou finn rekrite par Kadressen Dorsamy. Inn fer tou prosedir pou nou gagn sa travay la. Nou pa konpran kifer zot pe vinn koz bribe elektoral azordi. Nou pa konn nanye ar politik ek nou pa konn okenn politisyen. Si dimoun ki finn rekrit nou finn fer erer, limem ki ti bizin ale. Kifer mett nou deor alor ki misye la ankor lamem », s’insurge Vishal Foolell, porte-parole de ces travailleurs licenciés.
Ainsi, ils affirment qu’environ 400 personnes ont été interviewées pour ce poste et, qu’au final, 100 travailleurs ont été recrutés suivant les procédures strictes. Ils soulignent que, début 2015, ils ont même effectué une visite médicale à la Clinique Darné dans le cadre de leur recrutement à la RDA. Selon l’accord, ces employés devaient compléter une période d’une année sans aucun reproche disciplinaire avant d’être confirmé au poste de General Worker. Mais dans l’après-midi du 31 mars, ces nouvelles recrues ont subi une véritable douche froide en apprenant leurs licenciements par courrier. « Nou fini mett sak lor ledo pou al lakaz kan inspekterr inn krye nou ek dir nou ki ena enn let pou nou. Se kan nou finn ouver sa let la ki nou finn kone ki pe mett 100 dimoun deor », poursuit Vishal Foolell. À ce stade, ils envisagent des actions légales, des hommes de loi ayant déjà été approchés pour s’occuper de ce cas.