Le Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, qui participait à l’ouverture officielle d’une exposition à la galerie Hélène de Senneville consacrée à Charles Baudelaire à l’occasion de la célébration du tricentenaire de la présence française à Maurice, a tenu à mettre fin à la polémique autour de son intérim au poste de Premier ministre et les rumeurs selon lesquelles il partagerait la suppléance avec le VPM Showkutally Soodhun.
Xavier-Luc Duval a précisé que durant l’absence de 17 jours du Premier ministre – sir Anerood Jugnauth doit se rendre à New York pour participer aux Sustainable Goal Summit et à l’Assemblée annuelle des Nations unies –, il devra s’absenter pendant trois jours pour se rendre à Top Resa en France. « Cela ne veut pas dire que Showkutally Soodhun agira comme Premier ministre adjoint. Ce qui se passe est qu’en l’absence du Premier ministre, je suis obligé de me rendre à Top Resa qui se tient en France. Il ne faut pas oublier que la France représente 300 000 touristes par an et je suis obligé d’être présent à cette foire pendant deux jours. Pendant mon absence, Showkutally Soodhun assumera l’intérim aux fonctions de Premier ministre », a dit Xavier-Luc Duval. Invité à dire s’il assurera la fonction de PM à son retour, Xavier-Luc Duval a affirmé : « Absolument, c’est la Constitution. Ce n’est pas moi qui veux cela. »
S’agissant de l’exposition, Xavier-Luc Duval a affirmé que le gouvernement encourage la création des galeries où des expositions peuvent être organisées à l’intention des touristes et où ces derniers peuvent acheter des tableaux. Il a affirmé avoir évoqué la nécessité d’avoir une galerie d’art moderne à Maurice avec le ministre de la Culture. « Cela permettrait aux Mauriciens de s’y rendre afin d’ouvrir leur esprit. J’en fais une affaire personnelle et le ministre de la Culture devait voir comment traduire cela dans la réalité durant ce mandat », a dit Xavier-Luc Duval. « Nous savons tous que les artistes travaillent avec le coeur et avec amour. Nous voulons créer une plateforme pour qu’ils puissent vendre leurs oeuvres et obtenir des revenus par conséquent », affirme le Premier ministre adjoint.