Ni vainqueur ni vaincu (1-1) dans le duel opposant le champion sortant, le Curepipe Starlight SC (CSSC), au vice-champion, l’ASPL 2000, lors du match au sommet de la neuvième journée de la Premier League de football, hier après-midi au New George V Stadium.
Le résultat ne fait pas l’affaire des Port-Louisiens et encore moins des Curepipiens au général. Si l’ASPL 2000 complète le podium, en revanche, l’équipe curepipienne demeure toujours dans le ventre mou.
En première mi-temps, la formation de la capitale s’est montrée plus entreprenante. Ses efforts devaient être récompensés à la 38e minute avec l’ouverture du score grâce à la complicité de Menzy Coco, qui marqua contre son camp suite à une mésentente avec son gardien Yannick Macoa sur un corner d’Andry Lalaina (1-0, 38e).
« Ce but est une suite logique de notre domination en première mi-temps. Nous nous étions créé plusieurs occasions mais, malheureusement, sans pour autant faire évoluer le score », indique Sydney Caëtane, entraîneur de l’ASPL 2000.
La première mi-temps a été marqué par le tir de Fabrice Pauline repoussé par le montant gauche des buts de François Ammomoothoo. Sur le retour, le Malgache Johnny Razanakoto n’arriva pas à ajuster correctement son tir (32e). Ce même Razanakoto, sur une offrande de Fabien Pithia, seul devant le but adverse, tira nettement à côté de la cage d’Ammomoothoo (40e).
Après une première période mi figue-mi raisin, le CSSC a montré un autre visage en seconde tranche, surtout avec l’entrée de Stephan Nabab qui a apporté plus de punch dans l’attaque des Curepipiens. Plus à l’aise et avec un jeu plus fluide, le CSSC a légèrement pris le dessus sur son vis-à-vis avant de trouver l’égalisation par l’entremise de Fabrice Pithia par un tir tout en finesse à ras de terre sur un service de Damien Mahavony (1-1, 80e).
« Je suis plutôt satisfait du résultat. Nous avons au moins obtenu un point. Nous aurions pu faire mieux. Mais le score est ainsi. Contrairement à nos dernières sorties, l’équipe a mieux joué et nous cherchons toujours ce jeu collectif. Le CSSC a un calendrier assez chargé avec la Cup et prochainement le tournoi de l’UFFOI. J’espère que nous trouverons nos repères à temps », remarque de son côté Fidy Rasoanaivo, entraîneur du CSSC.