Malgré le mini-amendement à la Constitution dans le but d’éliminer le Best Loser System (BLS), le Premier ministre Navin Ramgoolam et le leader de l’opposition Paul Bérenger surferont sur la « route du communalisme » dans le but de remporter les prochaines élections législatives, soutient le leader du Front Solidarité Mauricien (FSM). Cehl Meeah ajoute que « ce sont ces mêmes personnes qui ont cultivé le communalisme à outrance depuis très longtemps ».
« Il est incroyable que ces mêmes personnes soient en train d’imposer à leurs éventuels candidats de déclarer leur appartenance religieuse sur la fiche électorale », a lancé le leader du FSM lors d’une conférence de presse ce matin. « Quelle ironie », a-t-il lancé, en se disant fier d’avoir pu démasquer le gouvernement et l’opposition « mem avek 63/1 » lors du vote sur le mini-amendement la semaine dernière.
Poursuivant son intervention, il a soutenu que le peuple est dans le flou au sujet du mécanisme pour choisir les députés sous le système de best loser lors des prochaines élections législatives. « Pena mekanism kler lor la », a-t-il déclaré, en faisant ressortir sa crainte que cette tâche n’incombe à l’Electoral Supervisory Commission (ESC). « Je ne mets pas en doute les compétences de l’ESC mais il ne faut pas qu’il y ait maladresse dans cette affaire ». Pour lui, il est important dans notre société multiethnique d’être très clair « pou ki sannla elekter la finn vote e kouma pou interpret so vote. Il ne faut aucune confusion à ce sujet ».
Cehl Meeah accuse par ailleurs le leader de l’opposition d’avoir utilisé un « colourable device kan li poz PNQ a Deputy Prime Minister ». Pour lui, Paul Bérenger est en train de montrer une partie des Mauriciens contre un groupe minoritaire afin d’accéder au poste de Premier ministre. « Li felisit Pravind Jugnauth dan Parlman e li insilte li landime dan konferens de pres. Quelle bassesse », dit-il.