Le nouveau président du Conseil de District de Grand-Port, Vinaye Harcharan, parle des projets pour l’année 2014, tout en évoquant les difficultés à surmonter. Assumant ce poste pour la deuxième fois depuis 2009, il découvre toutefois les limites de la nouvelle loi sur les collectivités locales. Avec la séparation du Conseil de Grand-Port/Savanne en deux entités distinctes, certains départements se retrouvent ainsi à court de personnel. Pour générer plus de fonds, il souhaite une réflexion sur l’application d’un “scavenging fee” minimum.
Le ministre des Administrations régionales, Anwar Husnoo, a animé une réunion avec les nouveaux présidents des Conseils de District le 30 décembre dernier. Vinaye Harcharan, qui y représentait Grand-Port, en a profité pour évoquer les projets et les problèmes de sa région. « La rencontre s’est bien déroulée et le ministre a été à l’écoute. Nous avons notamment parlé du Local Development Fund, d’où nous obtiendrons les fonds nécessaires pour nos projets. »
Pour l’heure, la construction de nouveaux Village Halls à St Hubert, New Grove et Trois Boutique est envisagée. Mais tout dépendra du montant obtenu du LDF. Le Budget 2015 n’a d’ailleurs pas encore été présenté. Mais le nouveau président ne veut pas se contenter d’attendre non plus. Il estime important de rentabiliser certaines infrastructures, à l’instar du marché de Mahébourg. « Il existe actuellement des emplacements commerciaux à l’étage du marché de Mahébourg. Mais le lieu est peu fréquenté. Ce qui fait qu’après un certain temps, tous les commerçants sont partis. Je pense qu’il faut revoir l’accès au site afin de le rentabiliser. »
Vinaye Harcharan pense qu’un accès direct de la gare routière, comme c’est le cas à Flacq entre la gare et le complexe VIP, serait une solution. « Une passerelle de la gare donnerait un accès plus facile au marché. Mais une fois de plus, il faudra attendre les fonds nécessaires. »
Actuellement, ce sont les départements de la santé et du planning qui génèrent le plus de fonds. Sauf que, depuis la séparation du Conseil de Grand Port/Savanne en deux, les employés ont aussi été répartis. « Ces deux départements se retrouvent aujourd’hui avec un personnel réduit et doivent composer avec les moyens du bord. À mon avis, il faudra revoir l’effectif dans ces départements pour nous permettre de mieux répondre aux besoins, notamment en ce qui concerne les trade fees et autres patentes. »
Les voiries constituent un autre service à améliorer, selon Vinaye Harcharan, et pour cela il faudra plus de ressources, à la fois financières et humaines. « Dans le passé, nous offrions un service de ramassage d’ordure deux fois par semaine dans chaque village. Mais du fait du manque de moyens, cela a été limité à une fois. Nous avons un contrat avec la NEF pour un apport supplémentaire en personnel. Selon le principe, la NEF paye deux tiers du salaire et le Conseil, lui, un tiers. Mais il s’agit d’un contrat, et nous ne savons pas encore s’il durera. »
Pour le nouveau président, la solution la plus durable serait d’appliquer un “scavenging fee” minimum de Rs 50 par mois ou de Rs 300 par an. « Mais toute décision dans ce sens devrait venir du gouvernement et s’appliquer pour les autres Conseils. C’est une idée que je lance et je compte en parler avec mes collègues à la prochaine réunion de l’Association of District Councillors. »