Disputés le 16 juillet dernier au centre national d’entraînement (Vacoas), les Championnats jeunes et juniors d’haltérophilie ont accouché de douze records nationaux, six portant le sceau de Dorian Madanamootoo en U 15/U 17 et les six autres celui de Ketty Lent dans ces mêmes catégories. Mais cette compétition laisse surtout entrevoir une participation éventuelle aux prochains Championnats d’Afrique jeunes et juniors prévus fin septembre en Algérie.
« Les résultats seront retenus pour décider si nous allons constituer une équipe pour participer à ces Championnats d’Afrique en Algérie », nous dit l’entraineur national, Ravi Bhollah, en mentionnant que les noms de trois ou quatre athlètes seront proposés dépendant du budget disponible. « On attend d’ailleurs la présentation du prochain budget pour décider. »
Pour l’heure, ces Championnats jeunes et juniors offraient aux concurrents l’occasion de se jauger « étant donné qu’ils sont une bonne quinzaine de débutants à s’entraîner depuis fin 2015. Mais d’autres tels Dorian Madanamootoo et Ketty Lent sont déjà là depuis au moins deux ans », souligne Ravi Bhollah. Ces deux jeunes ont réalisé des records tant en U 15 qu’en U 17 à l’arraché, à l’épaulé-jeté et au total olympique. Ils ont été logiquement désignés les meilleures athlètes de la compétition.
Chez les juniors, Anthony Madanamootoo est resté assez proche de ses marques réalisées courant mars lors de la compétition de sélection tenue dans le cadre des Championnats d’Afrique seniors au Cameroun (6-16 mai) quand il avait été crédité de 110 kg à l’arraché et 132e kg à l’épaulé-jeté pour culminer à un total olympique de 242 kg.
Outre le rendez-vous algérien, Maurice devrait également être présente en octobre aux Championnats du Commonwealth prévus en Malaisie. Et il est fort probable que les discussions seront entamées pour arrêter une présélection.
Par ailleurs, la Fédération mauricienne d’haltérophilie a déjà entamé des démarches pour l’embauche d’un nouveau Directeur technique national (DTN) en remplacement du Roumain Urdas Constantin qui devrait se séparer définitivement de la fédération mauricienne après les Jeux Olympiques de Rio. Le nouveau technicien devrait de préférence être d’origine asiatique et non d’Europe de l’Est, précise Ravi Bhollah. « Il s’occupera de la base et sera chargé de la formation. La fédération compte également se tourner vers l’ambassade de Chine pour voir comment elle pourrait nous aider à ce niveau. »