Somduth Dulthumun trouve les critiques contre l’Electoral Supervisory commission (ESC) « injustifiées » après que 6 813 électeurs n’ont pu s’enregistrer à temps pour le scrutin 2019. « L’ESC est citée en exemple dans le monde », a-t-il dit. Et de souligner que selon la loi, chaque citoyen doit s’enregistrer.

« Pa kapav tenir Electoral Commission responsab pou sa mankman-la. Sitwayen la antor », a-t-il déclaré lors d’un point de presse vendredi à Port-Louis. Et d’ajouter : « C’est seulement 0,7% d’électeurs qui n’ont pu voter. C’est un pourcentage négligeable. Li pa grav ! » Il devait rappeler que plus de 20% de votants n’ont pas accompli leur droit civique.

Cependant, le président du Hindutva Movement a dit que son association compte se rendre au bureau de la Commission électorale bientôt pour faire des suggestions pour qu’à l’avenir, les Mauriciens ne rencontrent plus ce problème. « Nous avons une équipe qui travaille sur ces propositions ». Et concernant un bulletin de vote retrouvé à l’extérieur du centre de vote Idrice Goomany à Port-Louis, il a avancé : « Ena plizir rezon kot enn biltin kapav an deor. Mo les lapolis fer so lanket ».

Par ailleurs, Somduth Dulthumun estime que « c’est le droit de tout citoyen de contester l’élection dans une circonscription », faisant référence à la démarche de l’opposition qui compte saisir la justice. Mais le Hindutva Movement devait souligner que « res a prouve ki ena enn vag de prev pu ki vinn dir finn ena problem dan lansam bann sirkonskripsyon ». Il a rappelé que « les observateurs étrangers de la SADC et l’Union Africaine ont déclaré que ces élections étaient « free and fair ».

Faisant une autopsie des résultats du scrutin du 7 novembre, Somduth Dulthumun a déclaré que « les Mauriciens en milieu rural ont voté bloc et dans la discipline ». Et d’ajouter : « Rezilta sa eleksyon la inn donn enn klak ala demagozi lopozisyon ». ll a concédé qu’il a personnellement fait campagne dans certaines circonscriptions « pou explik danze ki ena si Lalians Morisien pa gagn sa eleksyon la ». Profitant de l’occasion, il est d’avis que « dans toute démocratie, le leader politique qui fait face à des défaites doit quitter son poste car un parti politique est un héritage public et non une propriété privée ». Finalement, Somduth Dulthumun a félicité le Premier ministre Pravind Jugnauth « pour cette victoire » et déclaré que Arvin Boolell fera un bon leader de l’opposition. « C’est un politicien qui fera l’unanimité au sein de l’opposition », a-t-il ajouté.