Il n’y eut que sept épreuves au programme de cette douzième journée vu l’annulation de la troisième course (B46-1365m) faute de partants. L’attraction phare demeurait la deuxième manche du championnat des 4-ans disputé sur 1600m où trois chevaux se tenaient de très près. A l’issue d’un déroulement inattendu, c’est Cherish The Charm, qui réalisa l’exploit malgré ses ennuis au départ et son net désavantage au handicap par rapport à M L Jet, moins judicieusement piloté. Mansour maintint toutefois sa belle série par l’entremise de Mr Leyend, tandis que Ghunowa et Rama se signalèrent sur Navistar et Smitten respectivement. L’apprenti Mervyn Teetan, frère de Karis Teetan, enregistra sa première victoire sur notre turf grâce à une monte culotée sur Alberts Day dans l’épreuve réservée aux locaux, alors que Bardottier signa le doublé sur Streetbouner et Cinchona pour le compte de Vincent Allet une semaine après avoir repris la compétition.
Malgré ses déboires au départ, ainsi que le net désavantage au handicap par rapport à M L Jet suite à la compression des poids avec la présence de Mucajai, Cherish The Charm a réalisé un petit exploit — pas chronométrique — en s’adjugeant la deuxième manche du championnat des 4-ans. Il faut dire que l’épreuve fut marquée par les mauvais départs de deux des chevaux les mieux cotés. Celui de Cherish The Charm suscita, d’ailleurs, l’ouverture d’une enquête des commissaires. Il fut établi que la monture de David avait le nez collé à la portière gauche de sa stalle avant que le départ ne fut donné. Lorsque les portes s’ouvrirent, il eut le museau coincé entre les barreaux. Ce qui fit que la portière gauche de sa stalle ne s’ouvrit pas correctement et que Cherish The Charm s’élança de travers, perdant plusieurs longueurs au départ. Les commissaires conclurent que cet incident n’était pas dû à une erreur humaine ou une faute méchanique, d’où leur décision de maintenir l’ordre d’arrivée. M L Jet, vainqueur de la première manche des 4-ans, qu’on s’attendait à voir aux avant-postes, s’élança de travers et gêna davantage Cherish The Charm, qui se remit vite sur ses jambes et qui profita que le meneur de circonstance, Chester’s Wish, ne partit pas sur des bases élevées pour contourner le peloton et prendre le relais après 300m de course seulement. Mansour prit d’abord l’option intérieur, mais il tenta de réagir en décalant M L Jet derrière Night In Seattle. Cependant, constatant qu’il aurait été forcé en troisième épaisseur dans le premier virage s’il avait insisté dans cette direction, il décida de reprendre sa monture, qui se retrouva temporairement sur l’arrière main de Rampart Ice le temps de négocier les premiers tournants. Nullement inquiété, Cherish The Charm put souffler jusqu’à la mi-course avant de durcir légèrement l’allure lorsque M L Jet vint se placer sur son arrière-main. En jetant un coup d’oeil au chronomètre — à titre d’indication, les premiers 800m de la course fut couverte en 51.29 contre 49.14 pour Tornado Man sur la partie correspondante de l’épreuve précédente —, il était évident que malgré son effort fourni en début de course, Cherish The Charm sera difficile à rattraper lorsqu’il lança le sprint à 600m de l’arrivée. M L Jet changea de pieds au même moment et versa à l’intérieur, incommodant Night In Seattle. Par la suite, Mansour dut solliciter sa monture afin de rester au contact. Comme à son habitude sur ce cheval, David attendit la ligne droite finale pour rééquilibrer sa monture avant de se donner à fond. Cherish The Charm accéléra à nouveau, mais à l’arrière, on pouvait voir la progression de Night In Seattle et de Rampart Ice au milieu de la piste. La nouvelle unité de Jean-Michel Henry termina le plus fort, mais le but est arrivé trop tôt pour lui. Night In Seattle versa beaucoup à l’intérieur et s’avéra difficile à manoeuvrer d’une main vu que Rye Joorawon insista pour utiliser le baton de la main gauche. Cherish The Charm puisa, lui, dans ses réserves pour s’imposer dans le temps moyen de 1.39.33, soit 53 centièmes de seconde de plus que Cinchona, vainqueur sur la même distance dans un Benchmark de 31.
Gilbert Rousset ramena son deuxième vainqueur de la journée dans l’épreuve de clôture. Les regards étaient surtout braqués sur le nouveau The Deacon, mais c’est Smitten, confié à Swapneal Rama, qui avait enlevé deux courses pour le compte de cet entraîneur la semaine dernière, qui créa la surprise. Le départ de cette course fut marqué par plusieurs incidents. Le premier intervint lorsque le capricieux Straight Jab força sa stalle avant que le départ ne fut donné. Nicolas Dupavillon, l’assistant de Ricky Maingard, a été informé que son cheval devra réussir plusieurs barrier trials à la satisfaction des Racing Stewards avant d’être autorisé à retrouver la compétition. S’il fit à nouveau des siennes une fois réintégré, en revanche, Straight Jab fut parmi les plus prompts. Le favori Jiggery Pokery refusa de s’appliquer à l’ouverture des boîtes et il regagna le paddock au trot. The Deacon, qu’on espérait voir au sein du peloton de tête, manqua également son départ pour se retrouver en queue du peloton. David lui demanda un effort dans la descente afin de se rapprocher des leaders. The Deacon progressa en troisième épaisseur, et on fut surpris qu’après cet effort, David le montait déjà franchement aux abords du 450m. Rama attendit que The Deacon l’eut débordé pour déboîter Smitten. Ce dernier sortit la meilleure accélération pour dominer facilement ses sujets et renouer avec le succès qui l’avait fui depuis deux ans, soit le 1e juin 2014.
La question que l’on se posait, c’est qui allait diriger le train dans The Omnicane Sugars & Ethanol Souvenir Cup où Mr Leyend faisait figure d’épouvantail en l’absence de son récent vainqueur Cherish The Charm qui allait s’imposer un peu plus tard dans la journée à un niveau supérieur. On pensait surtout à Hot Rocket vu qu’il avait déjà adopté cette tactique dans le passé ou éventuellement à Mr Leyend, qui était muni d’oeillères pour la première fois et qui avait hérité de la première ligne.  Mansour tenta de prendre le train à son compte, mais face à l’insistance de Naiko, qui surprit tout le monde de son couloir extérieur, il préféra suivre en deuxième position. Max Rapax se montra plus appliqué sur la partie initiale cette fois et vint se placer sur l’arrière-main du meneur sans toutefois lui mettre vraiment la pression. Dans ces conditions, l’espoir était permis pour Naiko. Toutefois, il ne put grand-chose lorsque Mansour se mit en évidence sur Mr Leyend dans la ligne droite finale. Hot Rocket est celui qui fut le plus menaçant, mais il ne put refaire tout son retard sur le favori. Bardottier aurait sans doute voulu amorcer son attaque plus tôt, mais il fut enfermé par Red Rain et ne put se dégager qu’aux alentours du poteau des 400m. Lancé en épaisseur dans la dernière courbe, il versa à l’intérieur à partir du 200m, gênant au passage Phiri E Kwatile et Max Rapax. Pour cette faute, Bardottier écopa de deux semaines de suspension après avoir plaidé coupable de monte négligeante sous le règlement 160 A (e) du MTC.
La première de Mervyn Teetan
On prévoyait un duel Dunraven-Brandewyn arbitré par Mighty Lion ou Please To Progress, mais la surprise est venue de Alberts Day, qui en profita pour ouvrir son palmarès et offrir à Mervyn Teetan sa première victoire sur notre turf. Il faut dire que grâce à sa décharge de 4kg, le représentant de Rameshwar Gujadhur ne portait que 51kg sur le dos. Alberts Day, difficile dans les stalles et qui avait pris un départ moyen, tira avantage de son poids plume pour contourner, à partir du premier tournant, trois adversaires. Il tenta également de déborder Please To Progress au premier passage du but, mais Naiko ne se laissa pas faire et demanda un effort à sa monture afin de conserver l’avantage de la corde. Teetan n’insista pas longtemps, permettant au meneur de souffler dans la descente. Emamdee profita que l’allure eut ralenti pour améliorer sa position sur Brandewyn. Mighty Lion qu’on s’attendait à voir aux avant-postes, fut bousculé par Leo’s Rush sur la partie initiale et, voué à avoluer en attentiste, il ne put jouer un rôle intéressant. Rama dut d’ailleurs expliquer cette contre-performance qu’il a attribué à son mauvais positionnement en course. Alberts Day amorça une nouvelle attaque à 600m de l’arrivée et mit le nez à la fenêtre à partir du poteau des 400m. Lorsque Naiko rééquilibra sa monture à l’entrée de la ligne droite, on voyait Please To Progress capable de reprendre l’avantage, mais Alberts Day se battit courageusement malgré le manque de métier de son apprenti pour s’imposer. Si la décision de Teetan s’avéra payant, on fut surpris du manque d’initiative de l’apprenti Alvinio Roy, qui reprit Bright And Blue dans la descente, tandis que la logique aurait voulu qu’il laisse filer sa monture vu qu’il accusait pas mal de retard sur le peloton de tête. Ce n’est que dans la ligne droite finale qu’il lui demanda un effort. Malgré sa belle fin de course, cet élève de Jean-Michel Henry ne put influencer les résultats. Une enquête a été ouverte sur cette monte. Elle a été ajournée à mardi matin.
Sur le papier, il n’y avait pas un coursier de la trempe d’Argun, le récent vainqueur de Navistar, dans la deuxième épreuve. Ce qui faisait du représentant de Shrish Narang un sérieux candidat à la victoire. Avec le véloce In The Trenches à son intérieur, on pensait que Ghunowa aurait eu à faire un effort pour s’emparer du commandement, mais il n’eut ps de grosse résistance de la part de David qui se contenta de la deuxième place sur les barres. Istiqraar n’insista pas non plus une fois sur l’arrière-main du meneur. Rama s’appliqua, lui, à surmonter le handicap de sa neuvième ligne et on peut dire qu’il parvint à ses fins en se positionnant sur le flanc gauche de Roman Express qui était dans le dos du favori. Nullement inquiété, il était évident que Navistar serait difficile à remonter dans l’emballage final. Triad Of Fortune fut le premier à lancer son offensive, mais après avoir fait illusion à l’entrée de la ligne droite, il abusa de la largeur de la piste et ne put prolonger son effort jusqu’au bout. Ghunowa attendit, lui, les derniers 200m pour solliciter franchement Navistar, et ce dernier accéléra à nouveau pour contrer l’attaque de In The Trenches avec une certaine assurance.
Bardottier et Naiko suspendus
Après une journée en simple figurant, Jeanot Bardottier n’a pas laissé passer sa chance sur Streetbouncer qui retrouvait son parcours de prédilection après une reprise discrète. La course se joua au départ lorsque le favori déborda facilement les deux nouveaux Forward Drive et Red Hot Poker. Mal placé dans les stalles, Zhan Hu tenta le coup tactique en se rabattant à l’intérieur au bas de la descente, mais il ne put trouver la corde vu que Bardottier s’appliqua à conserver l’avantage de la corde. Kimberly Al était condamné en troisième épaisseur et abusa de la largeur de la piste dans le dernier virage. A son intérieur, étaient lancés Papa Joe et Lake Geneva, tandis que Zhan Hu plafonna. Bardottier démontra qu’il n’avait rien perdu de ses qualités en résistant au retour de Papa Joe. Bien qu’il versâ à l’intérieur dans la ligne droite, Chosen Dash fut crédité d’une fin de course honorable, tout comme Zambezi Torrent qui saigna, lui, pour la énième fois.
Bardottier réalisa le doublé sur Cinchona qui confirma sa supériorité à ce niveau en dominant les favoris Tornado Man et Melson. En effet, le premier représentant de Vincent Allet descendait nettement de classe, passant d’un Benchmark de 46 à 31, d’où son lourd handicap. Etant donné qu’il avait de la tenue — il s’est déjà placé sur 1850m chez nous et a gagné jusqu’à 2000m en Afrique du Sud —, le duel initial entre sa doublure, Freedom, et Tornado Man, qui s’élançait de la première ligne, servit ses desseins. League Of Legend se montra très entreprenant, mais Naiko choisit cette fois de ne pas se mêler à la lutte et ramena sa monture qu’il plaça dans le dos de Freedom. League Of Legends continua à tirer, forçant Naiko à le reprendre à l’extérieur afin d’éviter les talons de son adversaire. Lorsqu’il reprit peu après sa position, il gêna Melson qui buta et qui faillit désarçonner David. Naiko plaida coupable sous le règlement 160 A (e) pour laquelle une sanction de deux semaines de suspension est de rigueur, mais vu son clean record, sous ce règlement, il écopa seulement d’une semaine de mise à pied. Pressé par Freedom sur les deux premiers furlongs, Tornado Man put souffler dans la descente avant de lancer le sprint au poteau des 600m. Freedom fut le premier à lacher prise. Bardottier profita de l’ouverture du fait que Boutanive tirait sur sa rêne gauche, pour déboîter sa monture et attaquer le meneur afin de mettre à l’épreuve sa tenue. Cinchona était déjà en tête à 400 mètres de l’arrivée. Tornado Man donna l’impression de pouvoir revenir à l’entrée de la ligne droite, mais lorsque Cinchona trouva son rythme l’espoir ne fut plus permis pour ses adversaires.