Un jeune infirmier, âgé d’une vingtaine d’années, a été retrouvé mort à 7 heures dans les toilettes des patients à l’hôpital Jeetoo. Il était affecté au service de nuit dans la High Care Unit. Après une pause d’environ deux heures, cet infirmier aurait dû retourner en salle vers 5 h 30. Ses collègues l’ont cherché en vain et ce n’est que ce matin qu’ils ont fait cette triste découverte. Il faudra attendre le rapport des médecins légistes pour connaître la cause de son décès tandis que la police enquête depuis ce matin.
Ce jeune infirmier, un habitant de Beau-Bassin, est un Qualified Nurse depuis 2010. Après un passage à l’hôpital du Nord, il a été affecté, depuis octobre, à la High Care Unit de l’hôpital Jeetoo. « C’était un bon travailleur et on n’a jamais eu de problème avec lui. Mais c’était quelqu’un de très tranquille, il parlait peu. Peut-être parce qu’il était un nouveau venu et ne connaissait pas encore beaucoup de monde ici », témoigne un infirmier plus âgé.
Selon nos informations, il a pris sa pause aux environs de 3 heures et devait reprendre son poste à 5 h 30. Ne le voyant pas revenir, ses collègues ont pensé qu’il s’était attardé quelque part dans l’établissement et qu’il se pointerait d’un moment à l’autre. Mais, une heure après, il n’était toujours pas revenu et c’est à partir de là que les collègues ont commencé à le chercher. Ils l’ont appelé sur son portable et ont entendu la sonnerie de son téléphone du côté des toilettes. Ses collègues ont insisté sur l’appel téléphonique et ont compris que l’infirmier s’y trouvait bien. La porte étant verrouillée de l’intérieur, le personnel du ministère des Travaux a été sollicité, par précaution, pour l’ouvrir. C’est là que les infirmiers ont découvert le corps inerte de leur jeune collègue allongé sur le sol. C’est le choc et la consternation.
Le Duty Manager de l’hôpital a aussitôt informé le directeur qui est arrivé immédiatement. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans tout l’établissement et la présence de la police sur les lieux n’est pas passée inaperçue. « C’est vrai que c’est une nouvelle bouleversante. Nous avons suivi les procédures. L’autopsie a eu lieu en fin de matinée et il faudra attendre le rapport pour savoir ce qui lui est arrivé. Les responsables de la salle où il travaillait disent qu’ils n’ont jamais eu de problème avec lui », soutient le Dr Sivalingum Ramen, directeur de l’hôpital Jeetoo.