Walter Wang Teh, un homme d’affaires, et un ressortissant français, Fréderick Philipe Fernandez Gimenez, ont comparu hier devant les Assises, présidée par le juge Benjamin Marie-Joseph. Il leur est reproché d’avoir importé de la drogue. Le ressortissant français avait été arrêté à l’aéroport SSR en provenance de Madagascar avec des produits illicites d’une valeur de Rs 4,251 M.
Walter Wang Teh, un homme d’affaires d’une quarantaine d’années, et Fréderick Phillipe Fernandez Gimenez, de nationalité française, sont tous deux accusés d’avoir importé de la drogue destinée à en faire du trafic. Ils devront retourner devant les Assises le 12 mai, date à laquelle le juge Benjamin Marie-Joseph s’attend à ce que les deux hommes aient retenu les services d’un homme de loi. En attendant leur procès, les deux suspects demeurent en détention provisoire.
Les faits remontent au 12 février 2013. Des douaniers de l’aéroport SSR ainsi que des membres de l’ADSU avaient alors interpellé Fréderick Fernandez en provenance de Madagascar avec 278 g d’héroïne, 4,7 g de cocaïne et une tablette de subutex, le tout d’une valeur marchande de Rs 4 251 000. Questionné par des officiers de l’ADSU, le ressortissant français avait indiqué être venu à Maurice sous les instructions d’un Malgache du nom de Ayed Abdou avant de préciser que son contact local avait pour nom « Jet ».
L’ADSU a alors mis sur pied une opération de surveillance lors de la livraison afin d’interpeller ledit contact. La transaction s’est déroulée à l’hôtel Voila, à Bagatelle. Le passeur français, qui avait déjà une chambre réservée, aurait ainsi attendu que son contact mauricien arrive, sous la supervision de la police. Ce n’est que le lendemain matin qu’une femme de chambre a remis une enveloppe au passeur contenant une somme d’argent et une note qui lui était adressée. En visionnant les images des caméras de vidéosurveillance de l’hôtel, les policiers ont réussi à intercepter l’homme d’affaires tentant de placer un colis sous la porte de la chambre du passeur français. Arrêté, Walter Wang Teh a admis avoir importé de la drogue car ayant « des difficultés financières ».