S’il ne fallait choisir qu’un endroit à visiter en Inde, New Delhi serait sans aucun doute le meilleur choix. À elle seule, la ville rassemble toutes les richesses, traditions et anachronismes du pays, faisant d’elle une destination incontournable. Avec ses bâtiments modernes, ses lieux de cultes et ses vieux quartiers, le visiteur se retrouvera plongé au carrefour du temps, entre quête spirituelle et recherche de l’harmonie. Incredible Delhi !
Les opérateurs touristiques disent de l’Inde qu’elle est incroyable. Mais de toute l’Inde, New Delhi est probablement la seule ville à offrir une aussi dense représentation du pays. Les Mauriciens ayant déjà eu la chance de parcourir la capitale indienne le reconnaîtront : entre ces sites insolites, la grandeur de ses architectures, sa mixité culturelle et ses lieux de culte, ses musées et ses espaces verts, New Delhi apparaît presque comme un pays à elle seule tant elle offre à voir, à entendre, et même, entre les effluves d’épices et les odeurs d’encens, à respirer !
Autant dire que le visiteur n’aura pas l’occasion de s’y ennuyer. Pire : s’il ne prend pas garde à planifier son séjour, il risquera même de passer à côté de l’essentiel. Évidemment, tout dépendra surtout de ses motivations et de ses pôles d’intérêt. Mais pour peu que l’on aime l’histoire, la culture et les lieux mythiques, les journées promettent d’être extrêmement chargées.
Pour commencer, l’on n’hésitera pas à partir à la découverte de quelques-uns des plus emblématiques monuments de la capitale, dont certains permettent de retracer les périodes majeures de l’histoire du pays. Ainsi, de la période de l’Empire moghol (1526-1857), l’on peut visiter le tombeau de Humayun (2e empereur moghol) ou encore celui de Mirza Abul Mansur Khan. La “Porte de l’Inde”, elle, commémore les soldats indiens morts durant la Première Guerre mondiale et les guerres afghanes, tout en rappelant la domination anglo-saxonne, cet arc de 42 mètres ayant été érigé par les Britanniques.
De l’Histoire à la science.
Qui dit histoire, dit évidemment musées. À ce titre, les voyageurs n’auront que l’embarras du choix. En premier lieu, le Musée national, qui offre un tour d’horizon indispensable de la culture indienne dans différents contextes historiques. Au total, ce sont plus de 200,000 pièces, de la préhistoire à nos jours, qui sont ainsi exposées. Vient ensuite la “National gallery of modern art”. Le musée, sis dans l’ancien palais du maharadjah de Jaipur, y expose des oeuvres (sculptures, peintures, dessins et photographies) postérieures à 1850. Enfin, si l’occasion vous en dit, reste le Jantar Mantar. Situé sur la Connaught Place, cet ensemble d’édifices est autant de pièces assemblées en un observatoire astronomique géant en plein air. Datant de 1724 (il a été construit par le maharadjah de Jaipur, Jai Singh II), il permet d’admirer d’énormes instruments de mesure astronomiques, lesquels servaient à l’origine à “lire” dans les étoiles, effectuer des calculs, ou encore prévoir le temps…
Autre symbole hautement culturel, à ne rater sous aucun prétexte : le complexe Swaminarayan Akshardham. Construit sur une superficie de pas moins de 40 hectares, l’on y trouvera nombre de merveilles, dont la “Porte de la dévotion” (Bhakti Dwar), les deux “portails des paons” (Mayur Dwar) ou encore les empreintes sacrées de Bhagwan Swaminarayan, célèbre figure de l’hindouisme moderne. Mais aussi, et surtout, le monument Akshardham, dont la grandeur (43 m de haut) et les matériaux utilisés (pierres roses et marbre blanc) donnent littéralement le vertige, comme un ultime rappel de notre petitesse.
Shopping pour tous.
Mais c’est aussi à Delhi que se trouve l’essentiel des bâtiments de la vie politique, à l’instar du palais présidentiel. À voir évidemment lui aussi. Car outre son aspect historique (il date de 1929), le bâtiment est également un judicieux mélange architectural – mi-moghol, mi-britannique – dont les juxtapositions de grès rouge et jaune offrent un réel plaisir pour les yeux. Plus loin, les amateurs trouveront le Sansad Bhavan, le bâtiment qui abrite le Parlement indien.
La capitale dispose également de nombreux espaces verts, endroits privilégiés pour la détente. Notons, à titre d’exemple, les jardins de Lodhi, non loin du centre. Non seulement l’endroit apparaît idéal pour une pause tranquille, loin de l’agitation et du bruit, mais il abrite aussi de vieilles constructions, témoins du passé, dont certaines remontent même… au 15e siècle.
Ce petit tour d’horizon ne saurait être complet si l’on omettait d’évoquer les aires commerciales de New Delhi. Que les accros du shopping se rassurent : la capitale en dispose d’un nombre impressionnant. Tout dépendra cependant de ce que l’on espère trouver. Ainsi, l’ancienne Rajiv Chowk – connu aujourd’hui comme la Connaught Place – regroupe de nombreux magasins, de sorte que tout visiteur devrait y trouver son bonheur. Notons également le Dilli Haat, un marché (attention : l’entrée est payante !) disposant de boutiques dédiées à l’artisanat local et aux produits régionaux. Enfin, la Chandni Chowk, un bazar immense qui se termine par un étrange hôpital pour… oiseaux !
Il va sans dire que New Delhi ne s’arrête pas à ces quelques curiosités, même si un détour par ces dernières paraît indispensable. Preuve, s’il en est, que la capitale indienne réserve encore bien d’autres surprises aux curieux. Au risque, pour eux, de devoir succomber aux charmes de la ville. Et d’emporter avec eux un peu de ce parfum d’Orient.