« Se enn proze ki kout impe kas, me ki pou fer enn gran diferans pou bann habitant de Quatre-Bornes…», avait soutenu Xavier-Luc Duval lors de l’inauguration de cette portion de l’infrastructure routière quatre-bornaise. Il ne pensait pas si bien dire car la différence est ressentie avec colère par les habitants de la région qui protestent essentiellement contre l’impossibilité de tourner à droite, c’est-à-dire se diriger vers St-Jean. Pour ce faire, les automobilistes de la région doivent remonter  l’avenue des Tulipes jusqu’à l’avenue Hillcrest, rejoindre l’autoroute à hauteur de la partie sud de Sodnac et Pellegrin et reprendre la bretelle de sortie de St-Jean, l’une des plus encombrées du pays. Comme dit l’un des habitants du quartier :«Quand sorti Curepipe, bizin alle Grand Port pou alle Port Louis».
«Faut être vraiment aveuglé par le rouge pour ne pas voir l’imbroglio actuelle des usagers de la Jonction Tulipes/Route St-Jean à longueur de journée – tellement il y a de cafouillages depuis l’inauguration du 26 mars 2014. Il faut maintenant mettre un policier sur place — donc remplacement des feux par des policiers — mais pour combien de temps? Les autorités sont aveuglées par le feu rouge même si les feux toujours existants sont éteints», clame un riverain qui affirme par ailleurs que pour se rendre au cimetière de St-Jean ou à l’Eglise toute proche, il faut faire le tour de Babylone.
Une interdiction de tourner à droite  problématique
L’installation d’un panneau indiquant l’interdiction de tourner à droite, à la sortie de l’avenue des Tulipes pour rejoindre le rond-point de St-Jean ou la route royale vers Rose-Hill fait de nombreux mécontents. En raison de cette interdiction, les automobilistes souhaitant se rendre dans la capitale, à Ébène, à Rose-Hill, à Shoprite ou surtout de l’autre côté de l’autoroute, vers Curepipe et le sud, se trouvent bien embêtés et dans l’incapacité de sortir de l’Avenue des Tulipes pour rejoindre la route principale de St-Jean et le rond-point de St-Jean.
Ils réclament la réactivation d’un feu de signalisation, existant mais désactivé, à cet endroit pour faciliter la circulation en toute sécurité. Ils signalent aussi que l’installation d’un passage pour piétons, contrôlé par les mêmes feux de signalisation, serait la bienvenue, d’autant que des accidents ont été notés dans les environs dans le passé. Le seul passage pour piétons disponible actuellement est situé à plus de 150 mètres de cette jonction de l’Avenue des Tulipes/Route St-Jean.
Les habitants de la région avaient déjà adressé une pétition en ce sens, bien avant l’inauguration de ladite jonction datée du 7 mars dernier, à Xavier-Luc Duval, également député de la circonscription:« The traffic lights at Tulipes Junction has been disabled. Henceforth, if one needs to leave Tulipes Avenue to go to Port Louis, Ebene, Rose Hill, Ebene, Shoprite and especially to the other side of the motorway to go towards Curepipe and the south, one can no longer turn to the right to access St Jean roundabout. So, it’s really a bigger mess now, to move obliquely to the left towards the existing terrific traffic jam in the centre of Quatre Bornes.Just imagine the new hassle to access the motorway to go to Curepipe, for example. Re-activating the traffic lights would also solve another big issue – that of allowing pedestrians from Tulipes Avenue to cross the road to go to the other side of the main road, the actual pedestrian crossing being more than 150 metres away.»
Pas que du négatif
Week-End a pu le constater de visu, la circulation est particulièrement importante  en ce lieu toute la journée mais principalement le matin et en fin d’après-midi. La nouvelle jonction est particulièrement utile pour les automobilistes venant de St-Jean et se rendant à Sodnac. L’élargissement de la chaussée permet aux véhicules de gagner rapidement la partie sud de Quatre-Bornes et d’enlever la pression sur le rond-point de St-Jean et sur la circulation de la route royale de Quatre-Bornes.
Mais il est aussi vrai que les usagers de l’Avenue des Tulipes et des résidences St-Jean ainsi que les centaines d’usagers de cette route subissent l’interdiction de tourner à droite en quittant l’Avenue des Tulipes et voient leur tâche se compliquer pour rallier St-Jean, Belle-Rose, Rose-Hill ou l’autoroute vers Port-Louis, Shoprite, Ebène et surtout Curepipe. Le fait de devoir obligatoirement tourner sur la gauche en quittant l’Avenue des Tulipes oblige les automobilistes à rejoindre le trafic déjà dense dans le centre ville, et ainsi l’amplifier, ce qui, il est vrai, complique la situation. Certes il y a des alternatives, celles de rejoindre l’autoroute M1 au bas de l’avenue Hillcrest mais pour y aller, il faut revenir sur le triangle de St-Jean, mais non seulement la route est plus longue mais elle revient encombrer cette partie déjà très problématique, surtout le matin. Alors que longer le cimetière de St-Jean après avoir débouché sur la route St-Jean est largement une alternative plus fluide. Quant à se rendre à Curepipe, on peut toujours prendre les routes intérieures de Sodnac et rejoindre la route Sodnac-Jumbo. Mais cet itinéraire est déjà suffisamment encombré, les nouveaux arrivants ne vont faire que surmultiplier les bouchons à ce niveau.
Les spécialistes de la circulation routière doivent revoir leur copie et libérer les riverains de l’interdiction de cette jonction. Eux qui ne demandent qu’à retrouver leurs bonnes habitudes. Pour l’heure, ce qui a été réalisé est sur le point de vue de la circulation en dépit de tout bon sens et politiquement une exposition à un effet boomerang.