La magistrate Wendy Rangan siégeant en cour intermédiaire a accordé hier le bénéfice du doute à Simon Jones. Ce jockey, impliqué dans un accident qui a fait deux morts à Beaux-Songes en juin 2010, était poursuivi pour homicide involontaire et pour n’avoir pas rapporté le cas à la police dans les quatre heures suivant le drame. Il a ainsi été acquitté des deux charges.
Les faits remontent à juin 2010 lorsque le 4×4 du jockey Simon Jones est entré en collision avec une voiture à Beaux-Songes. Cet accident a coûté la vie au conducteur Patrick Chicorée, 37 ans, et à son beau-père, Charles Appadu, 54 ans.
Simon Jones a alors été poursuivi pour involuntary homicide by imprudence en violation de la section 239 (1) du Criminal Code et des sections 133 and 52 de la Road Traffic Act et pour Failing to report accident at the nearest police station or to a police officer within 4 hours sous la section 140 (1) (d) (5) (7) de la Road Traffic Act.
Le jour de l’accident, Simon Jones, accompagné de son fils et de son épouse, revenait d’un dîner et roulait sur la route Palma en direction de Quatre-Bornes. Dans sa déposition, le jockey avait indiqué qu’il pleuvait à verse ce soir-là quand un véhicule a percuté son 4×4. Il devait par la suite se rendre avec sa famille à la clinique pour des soins.
À sa sortie, Simon Jones n’était toutefois pas d’accord avec le marking de la police quant à l’endroit où se situait son 4×4 au moment de l’impact. Le jockey avait plaidé non coupable pour les deux charges. Le médecin qui l’avait examiné avait indiqué à la cour que lors de son traitement à la clinique, le jockey était devenu violent lorsqu’il lui a demandé s’il avait consommé de l’alcool.
En cour, Simon Jones a déclaré ne pas se souvenir de ces détails. Il a aussi expliqué qu’il était au courant de son devoir de rapporter un accident mais qu’il n’avait pas pu le faire vue qu’il était blessé. Dans son jugement hier, la magistrate Wendy Rangan souligne que seule la version du jockey était disponible car il n’y avait pas de témoin oculaire dans cette affaire.
La cour a trouvé que c’est l’autre voiture qui a changé de voie avant de percuter celle de Simon Jones et que celui-ci n’a pas pu consommer de l’alcool car il n’y a aucune preuve. Un alcootest n’avait pas été effectué sur lui. « The evidence of the doctor, although perfectly plausible, cannot be taken as evidence that the accused was under the
influence of alcohol to such extent that he was incapable of having proper control of his vehicle. It cannot be inferred from his movements that he was drunk at the material time and purposely avoiding the police and that he had been imprudent when driving his van », peut-on lire dans le jugement.
Pour ce qui est de la charge de n’avoir pas rapporté l’accident à la police, la cour s’est dite satisfaite de l’explication du jockey selon laquelle il comptait le faire mais était lui même blessé. La magistrate Wendy Rangan a ainsi accordé le bénéfice du doute à Simon Jones et l’a acquitté des deux charges.