Une voix soul singulière, un charisme exceptionnel relevé par des textes qui frappent juste, et tout simplement un don naturel pour les percussions. À 24 ans, Jason Lily fait vibrer les foules. Certains reconnaîtront l’ex-chanteur/percussionniste de Patyatann, aux côtés de virtuoses internationaux comme Ayanna Witter-Johnson et Gonzalo de Lizarza lors du WEYA (World Event Young Artists) à Nottingham. Étonnant parcours que celui de ce jeune étudiant qui enchaîne les collaborations artistiques sans relâche, tel une machine à rythmes.
“Amba sa lavarang dan oterr kirpip, monn tann sa lamizik. Zame pa finn aret interpel mwa”. Jason est un enfant de la balle : un père harmoniciste et une mère chanteuse. “Mo pa inn rant dans lamizik. Se lamizik kinn rant dan mwa”. Son enfance est ainsi bercée par les vieux ségas d’antan, par Michel Sardou et le reggae des Third World tant adulé par son père. “Mo ti telman tann sa bann sante la ki mo inn essay rezoue zot lor armonika mo papa”, raconte Jason. Il était alors loin de se douter qu’un jour cet instrument l’accompagnerait sur scène. Son apprentissage musical se poursuit au secondaire lorsqu’il prend des cours de batterie. Il intègre à l’âge de 16 ans un groupe du collège St Joseph et se découvre un plus grand intérêt pour le djembé. Sa carrière de chanteur décolle après son passage au Jump Around l’année suivante. “Mo ti pe fer ker ek deziem vwa sa lepok la. Enn ti kamarad guitarist ki apel Linley Mirthil in remarke ki mo ena potansiel et linn pouss mwa pou koumans sante”.
Voix de la raison.
“L’artiste doit être reconnu comme tel. Pou ki li pa andete parski linn viv so rev. Li bon ki ena dimounn ki ena leksperians ladan pou ed zot”, soutient Jason, qui va un peu plus loin dans sa démarche artistique. C’est dans cette optique que le jeune intellectuel entreprend des études en Management with Law à l’Université Technologique de Maurice. “O fet, se dan liniversite ki monn koumans zwe plis an group. Dan lakour campus, faute de classe de musique. Me enn zoli leksperians inn fer ek bann frer la an paralel a mo desant dan liniver underground de la mizik isi”, dévoile-t-il. En effet, Jason ne met pas pour autant un terme à sa carrière musicale après son entrée à l’université. Il participe d’ailleurs au premier concours de jazz de l’île à l’IFM en 2011. Son interprétation de “Cry me a river” de Diana Krall ne passe pas inaperçue auprès du jury, ce qui l’oriente davantage vers le jazz. “Monn koumans pran enn vrai konsians jazz apre sa e al manz ar bann teknik vokal la”, affirme le chanteur.
Découverte.
Jason connaît un succès phénoménal sur les scènes de l’île depuis deux ans déjà. Ceux présents samedi 25 au Sapin, à Camp Levieux, attesteront des prouesses du soulman sur sa cajon ou à l’harmonica, caressant le teint jazzy d’une contrebasse et d’une guitare sèche lors de la grande première de Maronèr. Son dernier projet en date, un trio acoustique mêlant le séga et le reggae au blues et au jazz. “Piblik inn koumans rekonet mwa apre ki mo ti zwe ek sante enn morso metal ar Jeff Lingaya a lokazion lamars Pa zwe ek nou lavenir. Ti dayer premie fwa mo zwe dan Sapin”, rigole Jason au souvenir de ces morceaux éloignés de son registre habituel. Son premier passage au Sapin lui vaudra plusieurs invitations lors des soirées découvertes ainsi qu’au dernier Festival Enn où a obtenu le Prix Découverte. Il devient par la suite très sollicité dans l’arène musicale pour ses aptitudes vocales. Il enchaîne les prestations à l’Amnezia et les collaborations avec divers artistes dont Neal Crétin, Linley Constant et Giovano Emile pour ensuite former le groupe Fouff et Patyatann en 2012.
Révélation.
“Kan mo ti tipti mo papa ti pe amenn moi get bann mizisyin dans Caudan zwe tou le dimans. Mo ti dir enn zour mwa si mo bizin lor la senn enn zour”. Après avoir partagé la scène avec la chanteuse/violoncelliste Ayanna Witter-Johnson et le guitariste classique Gonzalo de Lizarza pour une sublime reprise tango de Roxanne lors du WEYA à Nottingham, Jason peut se vanter d’avoir dépassé son rêve. “Apre sa moman la, monn dir mo bizin resi gagn mem feeling isi”. Débute ainsi l’aventure Maronèr avec Emmanuel Travailleur et Curtis Labutte. Ses talents de compositeur sont alors mis en avant car entre la plume et lui, c’est une longue histoire d’amour. “Mo ekrir tou le zour bann analiz e bann leksperians ki mo fer otour mwa”, explique Jason en évoquant les thèmes qu’il aborde dans les chansons de son groupe. Réflexions sur les maux de la société, contemplation des oeuvres de mère nature, il écrit avec une grande maîtrise. Même si cela peut lui prendre deux ans pour trouver les mots justes pour un texte.
Respect.
“Si mo ena enn konser pou zwe kot ena lezot group osi ki pe pase apre, kan mo desann depi la senn mo pa pliye bagaz ek ale. Mo kas enn poz mo get tou group ki pe zwe ziska fini. Enn zafer ki mo papa inn aprann mwa, la mizik si to pa partaz li, gaspiyaz to fer li”. Pour Jason, le respect pour les artistes est primordial. On ne peut déjà pas vivre pleinement de cet art ici, alors il insiste sur l’importance d’au moins faire l’effort d’apprécier l’oeuvre des autres. Il projette d’ailleurs de faire une licence professionnelle en Médiation et gestion de projets culturels dans la zone océan Indien pour avoir le bagage nécessaire dans le but d’améliorer un jour la situation des artistes émergents. “Lamizik se enn plass sakre ki personn pa pou kapav tire. Tonn trouv mwa plore me sirtou kot monn mari rye. Zordi sa feel ki traverse to mem premie. Ek ziz ki sak fwa mo fer fas”. Exemple d’un prodige musical qui milite pour son art en gardant les pieds sur terre.