Privé de monter au Champ de Mars par les autorités gouvernementales pendant presque deux ans, le jockey français Cédric Ségeon a retrouvé l’hippodrome lors de la première journée 2017 et a renoué avec le succès sur Right to Tango, non sans avoir flirté avec la victoire dans la Duchesse.
Pour sa 7e campagne à Maurice et pour un troisième entraîneur après Ricky Maingard et Patrick Merven, Ségeon a réussi son retour. On peut ajouter qu’à l’applaudimètre à la rentrée au paddock, il a même dépassé les lauréats de la Duchesse. Son fan club était présent avec banderoles, drapeaux, ballons et t-shirt à l’effigie du jockey français. Les membres étaient en effet aux anges après la course de clôture lorsque Right To Tango a traversé la ligne d’arrivée en premier et tous attendaient leur idole à la sortie de la jockey’s room après la journée pour une photo souvenir.
« Comme je l’ai dit vendredi dernier, je salue tous mes fans qui m’ont toujours soutenu, même quand je montais à l’étranger, que ce soit au Qatar ou en Inde. Ils ne le font pas pour le betting, étant donné qu’au Qatar il n’y a pas de jeu. Ils ne m’ont pas laissé tomber, que ce soit dans les bons ou les mauvais moments. Je pense que je suis le seul jockey qui a un fan club comme cela. Ils me soutiennent car ils savent que je suis honnête et intègre. J’avais aussi dit que même si je n’avais que trois montes, je ferais tout pour essayer de ramener au moins une victoire pour leur faire plaisir », déclare un Ségeon tout heureux de retrouver la winner’s enclosure, après Beacon Flare le 20 juin 2015.
« Je suis aussi heureux de voir le public m’acclamer et comme je connais très bien Maurice, il se peut que lors de la prochaine journée, ce même public va crier haut et fort Go Home ! Mais, malheureusement pour eux, j’habite à Maurice et ma maison est ici maintenant ».
Mis à part ses fans, il y avait tout un beau monde dans le paddock qui s’est arrêté pour le féliciter. Pour dire toute la sympathie des turfistes mauriciens pour ce jockey. C’est dans la Duchesse qu’il a effectué ses débuts et c’est sous les acclamations qu’il a fait son entrée dans le paddock. Son entourage n’allait pas être déçu car il a montré qu’il avait encore de beaux restes en menant Easy Lover à la deuxième place.
« J’avais déclaré dans le supplément Dernier Virage de samedi dernier que lors de mes deux victoires dans la Duchesse, personne ne m’avait accordé la moindre chance. Cette année aussi mon coursier n’avait pas la faveur des pronostiqueurs. Il a fait une très belle course en terminant à distance respectable du vainqueur, soit à 0,85 longueur ».
A-t-il cru en la victoire ? « J’ai tout au long cru en la possibilité de mon cheval. Comme il partait de la 7e ligne, il fallait sortir une tactique et selon le pas imposé, je devais décider soit de partir ou de rester. Comme je suis imprévisible en course, j’ai agi selon mon feeling. J’ai bougé mon cheval et je suis passé complètement à l’extérieur. Je pensais pouvoir rattraper Ready To Attack mais le but est arrivé trop tôt. Easy Lover est un cheval d’avenir et comme il est bien classé, il sera utile pour notre établissement dans les classiques. »
Ségeon a enchaîné avec Ritmo Total qui n’a pas été à la hauteur des espérances. « Je suis déçu de sa performance, il était bien placé. Il a bien suivi dans le sillage de Jiggery Pokery mais quand je lui ai demandé l’effort nécessaire, il n’a pas répondu à mes sollicitations ».
C’est finalement dans la course de clôture que le jockey français a ouvert son compteur 2017 sur Right To Tango, qui restait sur une victoire et une deuxième place. « Avec sa bonne ligne, je l’ai placé derrière le favori Skip The Red et ensuite, j’ai fait à la Ségéon, c’est-à-dire au feeling. Je me suis dégagé vers l’extérieur. Contrairement à Ritmo Total, il a bien répondu quand je lui ai demandé de faire l’effort et il a bien accéléré. »
« Quand j’ai passé la ligne d’arrivée et que je retournais au paddock, vous ne pouvez pas savoir la joie qui m’habitait. Cela met du baume au coeur de renouer avec le succès dès la première journée et le fait d’ouvrir le compteur le vite possible met tout le monde à l’écurie de bonne humeur. Je remercie Jean-Michel Henry et son entourage de m’avoir fait confiance, tout en espérant ramener bientôt d’autres vainqueurs », conclut le jockey.