L’équipe mauricienne a clôturé la dernière journée en beauté au relais 4 x 200 m 4 nages

Maurice a fait impression en natation pour cette 10e édition des Jeux des îles à la piscine du complexe multisport de Côte d’Or. Alors qu’en 2015 les Mauriciens avaient décroché quatre médailles d’or, ce nombre a connu une belle croissance, soit 12 cette année. Les handisportifs ont également contribué à cette moisson en s’appropriant trois premières places sur le podium. Si Bradley Vincent n’a pas déçu son public dans la majorité des épreuves où il était attendu, la surprise est venue du côté d’Alicia Kok Shun et d’Inès Gébert, deux jeunes nageuses de 14 ans. Pour leur première participation à ces Jeux, elles ont réalisé des performances allant au-delà des attentes, devançant ainsi La Réunion, qui dominaient autrefois largement les débats.

Nous retiendrons pour ces 10es Jeux que l’île sœur reste en tête en natation dans l’océan Indien avec 19 médailles d’or obtenues à l’issue des JIOI 2019. Toutefois, Maurice et les Seychelles ont réduit l’écart en s’offrant 12 et 11 médailles d’or respectivement. En ce qui concerne les autres pays, aucune médaille d’or n’a été remportée en natation. Bradley Vincent s’est imposé au 50 m nage libre, au 100 m nage libre, au 50 m papillon et au 200 m dos, cette dernière distance qu’il qualifie comme n’étant pas sa course de prédilection. En effet, la force de Bradley Vincent a été ses départs et virages, les deux éléments sur lesquels il a beaucoup travaillé avec son entraîneur personnel, Ben Hiddlestone. « Nous avons également travaillé sur les coulées des 15 premiers mètres et au retour également. C’est ce qui a fait la différence sur les courses où j’ai remporté l’or », indique Bradley Vincent.

En féminin, Alicia Kok Shun est sortie du lot avec sa compatriote Inès Gébert. D’ailleurs, Alicia Kok Shun est la première Mauricienne à avoir remporté l’or pour le pays. Elle était d’autant plus surprise que cela faisait un moment depuis que ses chronos n’évoluaient plus. Ce n’est que deux mois avant l’échéance que la jeune nageuse a constaté une progression radicale sur sa spécialité qu’est la brasse. Elle a ainsi été intraitable aux 50 m, 100 m, et 200 m brasse à la piscine de Côte d’Or. Alicia Kok Shun sera une nageuse à suivre avec attention lors des prochaines compétitions.

En ce qui concerne Inès Gébert, elle ignorait également encore son potentiel, principalement face à l’île sœur et à sa compatriote Tessa Ip Hen Cheung. La médaillée d’or au 200 m papillon aura donné une leçon d’humilité à beaucoup de sportifs quand elle a dédié sa médaille d’or à sa coéquipière. « Je félicite mes adversaires, principalement Tessa Ip Hen Cheung, car cette médaille lui appartient, c’est sa course. Elle a nagé le 100 m brasse durant les éliminatoires qui l’ont exténuée. » C’était un moment très émouvant car la jeune ondine a pourtant réalisé un bon chrono de 2’26″ sur cette épreuve.

Enfin, lors du 4x100m 4 nages féminin, Maurice s’est imposée avec une équipe composée d’Alicia Kok Shun, Élodie Poo Cheong, Camille Koenig et Tessa Ip Hen Cheung. Elles ont pris plaisir lors de cette course et ont eu une bonne stratégie. L’entraîneur national, Idriss Suffraz, est ainsi d’avis que Maurice progresse et que La Réunion ne détient plus le niveau incontestable d’antan dans l’océan Indien. Il note que les Seychelles sont également des adversaires redoutables et que les autres pays sont toujours au même niveau. «  Nous avons eu de belles surprises pour ces Jeux et nous sommes très satisfaits. Évidemment, il y a quelques détails qui peuvent encore être améliorés, mais nous sommes sur la bonne voie. Les Seychelles ont fait fort en féminin et en masculin ce sont les Réunionnais qui ont réalisé de bonnes performances, mais Maurice s’est aussi affirmé des deux côtés », estime Idriss Suffraz.

Les médaillés

OR

Bradley Vincent (50 m nage libre, 100 m nage libre, 50 m papillon et 200 m dos), Alicia Kok Shun (50 m brasse, 100 m brasse et 200 m brasse), Inès Gébert (200 m papillon), 4×100 m 4 nages féminin (Élodie Poo Cheong,  Tessa Ip Hen Cheung, Camille Kœnig et Alicia Kok Shun)

Argent

Tessa Ip Hen Cheung (50 m nage libre, 100 m brasse, 200 m brasse)
Inès Gébert (400 m 4 nages), Oliver Wong Chap Lan (50 m brasse), Élodie Poo Cheong (100 m papillon, 200 m 4 nages), Bradley Vincent (50 m dos, 100 m dos), Mathieu Marquet (200 m nage libre), Camille Kœnig (100 m dos), Timothy Leberl (1500 m nage libre), Victor Ah Young (200 m papillon), Jonathan Chung Yee (200 m brasse), 4×100 4 nages m nages masculin et féminin,  4×200 m 4 nages masculin

BRONZE

Mathieu Marquet (400 m 4 nages), Grégory Anodin (50 m dos),
Bradley Vincent (100 m papillon), Inès Gébert (200 m 4 nages), Oliver Wong Chap Lan (100 m brasse), Camille Kœnig (200 m dos), Layne Lim Ah Tock (200 m papillon), 4x 100 m nage libre et 4 x 200 m féminin

Handisport

OR

Scody Victor (physique) : 50 m nage libre, Suffian Ropun (malentendants) : 50 m nage libre et Jeysheeka Rungoo (malentendants) : 50 m nage libre
ARGENT
Carmen Nunchert (intellectuelle) : 50 m nage libre et Hans Groodoyal (intellectuelle) : 50 m nage libre