Selon les nouvelles dispositions de la Court Ushers (Amendment) Act 2011 et les Regulations du Chef juge Bernard Sik Yuen, la profession d’huissier a été libéralisée depuis le début du mois. Ainsi, cinq premiers huissiers au privé ont pu prêter serment devant le chef du judiciaire.
La Court Ushers (Amendment) Act 2011 attendait les Regulations du Chef juge Bernard Sik Yuen pour pouvoir commencer à prendre effet. Et depuis l’entrée en vigueur de ces dispositions début septembre, la profession d’huissier est maintenant officiellement libéralisée. Et cela grâce à l’Attorney General Yatin Varma qui a appliqué les recommandations de Lord Mackay of Clashfern sur la réforme judiciaire.
Les cinq premiers huissiers au privé à prêter serment devant le chef du judiciaire sont : Harold Iyempermal, Pushpaduth Jugnarain, Ajum Jawaheer, Prem Seebaruth et Krish Mungroo. Ils sont pour la plupart des retraités de la fonction publique. Quant aux autres, ils ont abandonné leur statut de public servant pour entrer dans le privé.
Pour Prem Seebaruth, c’est un honneur de reprendre du métier. Il a tenu à remercier le Chef juge, le gouvernement et Lord Mackay. Cet ancien clerc d’avoué a débuté sa carrière en 1960 pour ensuite intégrer la profession d’huissier à la Cour suprême en 1974. Après 25 ans de carrière, il a pris sa retraite après avoir travaillé dans plusieurs cours de district à travers l’île. « Nous nous sommes battus pendant plus de 20 ans pour que la profession soit libéralisée », soutient-il. Le septuagénaire est fier que ces enfants aient emboîté ses pas dans le monde juridique, notamment son fils Me Sailesh Seebaruth (avocat).
Nommé « le Bulldozer » par ses pairs, Ajum Jawaheer a pris sa retraite de la fonction publique pour entrer dans le privé. « C’est parce que j’avais fait 46 saisies en deux jours », explique-t-il. L’huissier est entré dans la profession en 1989 et a atteint le rang de Principal Court Usher à la Cour suprême. « Je suis très satisfait d’avoir fait une belle carrière à la Cour suprême et j’espère bien continuer dans la même direction », a-t-il soutenu.
Pushpaduth Jugnarain, lui, a débuté sa carrière d’huissier en 1977. Ce qui l’a marqué durant ces années, c’est l’enquête préliminaire de sir Gaëtan Duval à la cour de district de Flacq où il travaillait à cette époque. « Le Chef juge a agi avec sagesse en nous donnant la possibilité de revenir pour rendre service au judiciaire après notre retraite », a-t-il souligné. Pushpaduth Jugnarain est un des rares huissiers à posséder une licence en droit.
Le projet de loi avait été présenté lors des travaux parlementaires en avril 2011 et a été promulgué six mois plus tard. Une décision qui n’avait à l’époque pas plu à la Judicial Department Court Ushers Union. La profession d’huissier de justice est, en 1952, devenue une fonction d’État. Le recrutement des Court Ushers était donc sous la responsabilité de la Public Service Commission. Selon les nouvelles dispositions de la loi (NdlR : article 26B (3) (a) de la Court Ushers (Amendment) Act 2011 : « Where a person satisfies the requirements… the Chief Justice may appoint him as a registered usher »), le Chef du judiciaire pourra nommé des huissiers au privé après l’étude de leurs dossiers.