Assad Peeroo a pris la parole ce samedi à la conférence de presse du PMSD pour dénoncer le Judicial and Legal Provisions Bill qui amende l’ICT Act. Pour ce membre du PMSD, cette loi a été mise en place pour « museler » la population. « Je me pose la question comme tous les Mauriciens : où est l’utilité de cette loi ? ».

Il soutient que l’Attorney General, Maneesh Gobin, a « soldé le droit fondamental des Mauriciens ». Et qu’au lieu de tenir son engagement d’empêcher les abus venant de certains policiers et de remédier à l’abus des Provisional Charges, « li pe donn enn razwar dan lame enn zako. Kouma dir ou pe donn li enn pouvwar pou koz destriksion otour li ».

Commentant les désagréments qu’affrontent des habitants de Rose-Hill en raison des travaux du métro express, Assad Peeroo a parlé de « négligence » de la part des responsables du projet. « Avec un tuyau endommagé qui cause une odeur nauséabonde, cela empêche les habitants de vivre comme tous les Mauriciens ont le droit de vivre. Avec la malpropreté qui pénètre dans les maisons, cela peut provoquer le début de la choléra et des maladies graves ».

Il ajoute que « le pire est à venir » avec la saison des pluies et des cyclones.

Le député du PMSD, Adrien Duval, a commenté le projet de construction d’un by-pass donnant directement accès à la plage d’Anse la Raie. Selon lui, le gouvernement s’apprête à toucher à un patrimoine des Mauriciens.

« Le plus grave dans le projet du By-pass, c’est que pour déplacer la route concernée, il faudra abattre une centaine d’arbres. Il faut s’attendre au pire, car nous ne savons pas s’il y aura de la considération pour l’environnement, afin d’éviter une catastrophe écologique, ainsi que pour les habitants d’Anse la Raie. Selon nos informations, Anse la Raie ne serait que le début. Des projets similaires auront lieu à d’autres endroits côtiers  ».

Adrien Duval a aussi souligné qu’aucune consultation ou discussions avec les habitants de la localité n’ont eu lieu pour ce By-pass. Il se demande « pourquoi implémenter une partie du projet de manière sélective si l’intention est de décongestionner la route du nord ».

« Qui est gagnant et qui bénéficie de ce projet ? », se demande Adrien Duval, ajoutant que « ce ne sont clairement pas les habitants de la localité ».

Selon le PMSD, deux projets immobiliers destinés aux étrangers sont également prévus dans un avenir proche aux alentours d’Anse la Raie.

Le PMSD, en collaboration avec les forces vivres, les ONG et les habitats, organise une mobilisation le dimanche 25 novembre à 11h sur la plage d’Anse la Raie sur l’importance de garder ce patrimoine dans la main des Mauriciens.