Le président de la Fédération mauricienne de judo, jiu-jitsu et disciplines associées (FMJJDA), Rashid Jhurry, déclare au Mauricien qu’en organisant quatre Grand Prix entre 2013 et 2016, « Maurice est face à un défi planétaire. »
Très discret dans les affaires, Rashid Jhurry se dit satisfait du déroulement de la situation suite à la visite de cinq jours de la délégation de la Fédération internationale de judo (FIJ), avec à sa tête son président Marius Vizer, dans le cadre des négociations du Grand Prix à Maurice à partir de 2013.
Le président de la FMJJDA sait que le judo local s’est engagé dans une tâche ardue. Si par le passé la FMJJDA a toujours été exact au rendez-vous dans l’organisation de différentes compétitions, notamment les championnats d’Afrique (juniors et seniors) et autres championnats du Commonwealth, maintenant, il s’agit d’une autre paire de manches.
« Maurice fait son entrée par la grande porte sur l’échiquier mondial du judo. Au sein de la FMJJDA, nous sommes très heureux de pouvoir accueillir cet événement de niveau planétaire. Si la FIJ est parvenue à confier une telle organisation à Maurice, je dois d’emblée rendre un hommage à Joseph Mounawah. C’est lui qui est l’artisan de cette démarche », fait ressortir Rashid Jhurry.
De par son expérience de dirigeant sportif, le président de la FMJJDA demeure conscient qu’un tel événement ne peut reposer uniquement sur une fédération. Il faut l’appui de tout un chacun. Autrement dit, c’est un projet national et le pays sortira gagnant vu les éventuelles retombées de ce Grand Prix.
« Bien qu’il reste une tâche herculéenne à abattre, je peux à présent assurer que l’on a le soutien du gouvernement à travers le ministère de la Jeunesse et des Sports. C’est la première garantie que recherchait le président de la FIJ, Marius Vizer. Je peux vous assurer qu’il est très satisfait des rencontres avec les ministres Ritoo, Duval et Beebeejaun. Sans compter les opérateurs privés. »
Notre interlocuteur avance que la FMJJDA n’a pas chômé ces derniers temps. Un comité organisateur, souligne-t-il, a été constitué pour veiller au bon déroulement des affaires. Rashid Jhurry précise que la fédération a pris le temps nécessaire pour confier la présidence du comité organisateur à une personne ayant l’expérience du haut niveau.
« François de Grivel préside le comité organisateur. C’est un choix unanime au sein de la fédération. De par son expérience et ses connaissances, il est la personne idéale pour diriger l’organisation avec le support d’autres personnes », rappelle-t-il.
Le Grand Prix est une grande compétition dotée de $ 100 000 (?Rs 3 M) et aura le soutien technique de l’équipe bien rodée de la FIJ. En 2013, Maurice accueillera les nouveaux champions olympiques et ce rendez-vous va permettre à d’autres judokas d’accumuler des points en prévision des Jeux de 2016 à Rio.
Avec la visite de Marius Vizer et de son équipe, Rashid Jhurry estime que les choses sérieuses ont d’ores et déjà commencé et qu’il est important de garder le rythme et rester bien concentré sur l’objectif. « Le monde entier aura les yeux braqués sur Maurice pour son premier Grand Prix en novembre 2013. Et nous serons le seul pays de l’Afrique à accueillir cet événement. C’est plus qu’un honneur et nous ferons tout pour être à la hauteur, avec le soutien de tous les partenaires. »
Rashid Jhurry avance en même temps que la visite de la FIJ a eu des retombées positives avec la mise en place d’un centre international de formation à Maurice et aussi l’assurance donnée par Marius Vizer que le judo local bénéficiera de l’expertise d’un technicien étranger.