Abdool Samad Golamaully, qui exerce comme avocat, a été acquitté par le tribunal de Port-Louis. Il était poursuivi pour avoir tenu des propos jugés abusifs contre des policiers selon les allégations.
Le délit, selon l’acte d’accusation, était libellé comme suit : « Having willfully and unlawfully made use of abusive language not carrying with it the imputation of a fact by means of words not
made use in public in to the address of PC Harmance, and other police officers, to wit : “swiv mwa, mo pe al Line Barracks bannes c… l…” », (Article 296 (a) du code pénal). L’avocat a plaidé non coupable et a assuré sa propre défense.
Selon les dires de l’accusation, le policier Harmance était à bord d’un fourgon de l’Anti-Drug Smuggling Unit (ADSU) le 1er juillet 2008 vers 21 h 20. En compagnie de quelques collègues, il se trouvait sur la route menant à l’ancien Bulk Sugar Terminal. Dans son témoignage, le policier a déclaré qu’il s’était alors approché d’une voiture.
Le fourgon s’est arrêté à côté de la voiture. Le constable Harmance a demandé à ses occupants de partir en raison du danger dans cette région. Le conducteur de la voiture, en l’occurrence l’accusé, lui aurait alors demandé s’il avait le droit de leur dire de partir.
Alors que le policier venait vers la voiture, celle-ci a démarré sans allumer les phares. C’est alors que le policier aurait entendu Me Golamaully tenir les propos que l’accusation lui a imputé.
Bala Mootoosamy Kamatchi, ancien surintendant de police, a aussi déposé en Cour. Le témoin a expliqué qu’après son départ à la retraite, il a pris de l’emploi comme consultant en matière de sécurité auprès de la famille Mir, dont les locaux de son bureau d’affaires se trouve dans la zone de l’ancien Bulk Sugar Terminal.
Le témoin a soutenu que ce jour-là il y avait une réunion à la compagnie Mir, d’où sa présence sur les lieux depuis 16 heures. Il s’était déplacé en taxi. Le chauffeur, a-t-il expliqué, l’attendait. Vers 21 heures, Bala Mootoosamy Kamatchi a informé les membres de la compagnie que son chauffeur avait des problèmes avec la police. Il a alors quitté la réunion.
M. Kamatchi a indiqué à la Cour que la route à cet endroit est relativement large et bien éclairée. Il a souligné qu’il n’est pas au courant que l’accusé ait tenu les propos allégués contre des officiers de police.
Se basant sur le témoignage de Bala Mootoosamy Kamatchi, la magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing a acquitté l’avocat.