Le leader du MMM, Paul Bérenger, s’interroge s’il y a lieu que le confinement se poursuive jusqu’au 4 mai sans apporter de changement. « Lorsque nous voyons le nombre de nouveaux cas de coronavirus qui ont été détectés durant la semaine écoulée, même s’il est vrai que le nombre de tests de dépistage est insuffisant, nous avons le droit de demander s’il est vraiment nécessaire que le confinement continue sans aucun changement encore pour 15 jours et ce, jusqu’au 4 mai », laisse-t-il entendre.

Le leader du MMM rappelle que le 8 avril dernier le Premier ministre, Pravind Jugnauth, avait annoncé qu’il discutera de la levée par phases du couvre-feu sanitaire lors des délibérations subséquentes au sein du du conseil des ministres. Toutefois le vendredi 10 avril, le gouvernement n’a fait qu’étendre le confinement jusqu’au 4 mai sans aucune explication.

Paul Bérenger constate que 12 jours après sa conférence de presse il n’y a toujours aucun plan pour mettre fin au couvre-feu à Maurice. Il note que de par le monde beaucoup de pays ont commencé à mettre fin au confinement avec beaucoup de précaution, par étapes et par secteurs ou catégories sociales. Il cite l’exemple du Danemark, qui a été le premier pays à introduire le confinement le 13 mars et qui a commencé le déconfinement depuis le 15 avril.

« Ce pays a commencé à rouvrir les écoles primaires et les jardins d’enfants mais avec une Social Distancing et après un nettoyage complet des immeubles abritant les écoles. De plus, les dentistes, les coiffeurs, les psychologues et autres ont repris leur travail. Par ailleurs, le gouvernement et l’opposition du Danemark sont arrivés à un consensus sur la manière de mettre fin au confinement. Il a été convenu que si le nombre de cas de coronavirus recommençait à augmenter, la situation allait être revue », dit-il.

Paul Bérenger rappelle qu’il n’y a eu aucun nouveau cas positif durant cinq jours, soit entre le 13 et le 17 avril.  Ensuite, il y a eu un seul cas samedi et trois autres dimanche au sein de la famille de la personne détectée avec le COVID-19 la veille.

Paul Bérenger considère que le gouvernement aurait dû être en présence « d’un bon plan sur la manière de mettre fin au confinement à Maurice ». Il déplore qu’au lieu de cela le gouvernement procède au coup par coup, sans aucune transparence ni planification. Il constate que 137 000 Work Access Permits ont été délivrés pour permettre aux personnes concernées de reprendre leurs activités économiques. « La population a droit d’obtenir toutes les informations et un breakdown de ces 137 000 Work Access Permits, et il nous faut savoir qui décide des secteurs ou catégories sociales devant bénéficier de ces permis », dit-il. C’est dans ce contexte qu’il se demande s’il est vraiment nécessaire que le confinement continue sans aucun changement jusqu’au 4 mai.