Fabulous Fab de nouveau au premier plan. Pour la huitième fois de sa carrière, et la deuxième au niveau du full-contact, Fabrice Bauluck s’est retrouvé sur la plus haute marche du podium dans une édition de la Coupe du Monde de kick-boxing.

Après la Hongrie, la Russie et l’Italie, le tireur de la catégorie -54 kg s’est cette fois distingué en Turquie, plus précisément au Kervansaray Lara Convention Centre à Antalya, au cours du week-end dernier. De son côté, Jean-Naël Ravina a réussi dans une certaine mesure son baptême du feu sur l’échiquier international en décrochant la médaille de bronze dans la catégorie -57 kg chez les juniors.

Fabrice Bauluck est-il en passe de connaître une nouvelle saison de tous les bonheurs ? Ce premier succès ne peut sans doute que le mettre en confiance en vue des autres échéances de la saison, avec en premier lieu une nouvelle étape de la Coupe du Monde en Hongrie le mois prochain, puis les championnats du monde en styles low-kick et full-contact. Reste que le tireur n’est pas totalement satisfait de sa prestation, concédant avoir encore quelques déchets dans sa boxe. Néanmoins, il compte rectifier le tir au plus vite afin d’être encore plus performant lors des compétitions futures.
Abordant la compétition au stade des quarts de finale, samedi dernier, Fabrice Bauluck devait prendre la mesure du Turc Erol Mehmet à l’unanimité des juges (3-0). Déjà assuré d’une médaille, il enchaînait le lendemain par un succès aux dépens un autre Turc, à savoir Ozdemir Durmus qui était également engagé en low-kick. Il concluait dans l’après-midi cette fois face au Kazak Salimgerev Zhanali, un des deux seuls étrangers dans cette catégorie. Les deux victoires étant acquises aux points. Au cours de la finale, il s’est surtout démarqué à partir de la deuxième reprise.

De son côté, Jean-Naël Ravina s’est arrêté au stade des demi-finales. Vainqueur tour à tour des Turcs Korkmaz Nesnet et Bektas Alaatin, il n’a pu repousser les assauts d’un autre tireur local, à savoir Gurbuzcan Ali Araberk. Ce dernier remportera par la suite la médaille d’or. Reste que le jeune Rodriguais possède une belle marge de progression, surtout en vue des championnats du monde juniors prévus l’année prochaine. Pas de chance par contre pour Warren Robertson et Bryan Jameer en action respectivement chez les -54 kg et -71 kg chez les seniors. Le premier nommé, pour rappel, avait entamé la compétition de brillante façon en expédiant au tapis le Turc Kaymaz Cenzighan dès la première reprise. Toutefois, il devait par la suite s’incliner en quarts de finale face à un autre Turc, Ozdemir Durmus. Une défaite cruelle, dans le sens que le champion du monde juniors en exercice avait écopé d’un point de pénalisation. Une décision qui n’était pas du goût de l’entraîneur national, Judex Jeannot.

Pour rappel, Bryan Jameer avait été éliminé vendredi dernier en huitièmes de finale. Il avait dans un premier temps disposé du Turc Ceylan Metehan, avant de s’incliner face au Turc Altuntas Mevlana. La délégation revient au pays demain en fin de matinée.