Photo

Drany Clair !  Retenez bien son nom. Il défendra le drapeau national dans la compétition de kitesurf, aux 10es Jeux des Îles de l’océan Indien (JIOI) qui se tiendront du 19 au 28 juillet prochain, sur le sol Mauricien.

Potentiel médaillé, il a déjà montré l’étendu de son talent à Anse La Raie, en remportant les épreuves de sélection, qui se sont tenues du 25 au 28 avril dernier, où il a, notamment rayonné par son harmonie, avec l’eau et le vent.

Zoom sur ce jeune rodriguais de 29 ans qui ne vise que l’or aux JIOI.
Drany Clair s’apprête à vivre un moment historique de sa carrière sportive en juillet prochain : Les Jeux des Îles. Car pour la première fois depuis la création des JIOI, soit en 1979,  le kitesurf est inscrit parmi les disciplines. Et il est plus que jamais déterminé à être le premier médaillé d’or de cette discipline. « Je rêve de cet exploit ! De plus, je serai à ma toute première participation, qui est déjà un honneur et une grande fierté pour moi. Mais, définitivement, cette compétition sera différente de toutes celles que j’ai participées à ce jour. On sent déjà la ferveur et cette intensité. J’ai hâte d’y être », avance-t-il.

L’or comme ambition

Les grandes manœuvres sont enclenchées. Le kitesurfeur rodriguais qui vit sa discipline au quotidien, a d’emblée affiché ses ambitions,  lors de la première fenêtre des qualifications l’année dernière, en arrivant en tête de lice. Lors des épreuves ultimes qui se sont déroulées, lors de du week-end dernier à Anse La Raie, en Downwind Slalom, Clair s’est distingué avec sept victoires. Il a remporté haut la main l’épreuve de sélection avec 21 points, se distinguant au passage, par sa vélocité, sa solidité mentale et physique.

Mais le plus dur reste à venir, puisque dans deux mois, face aux compétiteurs venus des La Réunion et des Seychelles il fera face à l’un des plus grands défis de toute sa vie dans le domaine sportif, bien que cela reste une compétition inter-îles. Mais on sait tous, pertinemment que l’effervescence  est semblable aux compétitions mondiales.  Il  sait à combien ces 10es Jeux des Îles sont importants, à tel point que rien n’est laissé au hasard dans sa préparation. Cela étant dit, depuis l’année dernière, il se conditionne de façon pointilleuse pour cet événement avec des entraînements réguliers, à la fois sur l’eau et en salle de gym avec des séances de musculation et de cardio.
« Il faut être costaud. Il va falloir que je me concentre d’avantage à muscler mes jambes. Mes coachs Youl Raboude et Jean-Claude Perrine me sont d’une aide précieuse », souligne-t-il.

Mais pour le triple champion de Rodrigues (2016, 2017 et 2018), une course se prépare avant tout dans la tête. En effet, s’il a une chose qu’il a appris en 10 ans de carrière, c’est que la force mentale fait toujours la différence. D’ailleurs, c’est une de ses qualités premières. « La clé d’une victoire est toujours de garder son sang froid. Il ne faut penser qu’à ne faire sa course et rien d’autre. Il faut être fort mentalement. Quand je m’alignerai à la ligne de départ, je ne viserai que la première place. La 2e n’est même pas envisageable. Si on pense aller à tâtons, automatiquement, nous allons tomber plus bas. Il faut toujours viser la gagne », nous confie-t-il.

L’eau, son élément

Drany Clair, dès son plus jeune âge, a été bercé par l’océan. Il était moniteur de plongée, avant qu’il ne mette à surfer. Ce n’est qu’en 2009, quand le kitesurf a été introduit à Rodrigues qu’il s’y est mis. Il avait 20 ans à peine. Dans un premier temps, c’est sans grande ambition qu’il s’adonne à la pratique de cette discipline. « C’était seulement pour suivre la tendance, pour le fun et pour avoir plusieurs cordes à mon arc », nous raconte-t-il.

Mais de fil en aiguille, il commence à développer une véritable passion pour le kite. D’ailleurs, il n’a pas mis longtemps à progresser et maîtriser l’art de la glisse, jusqu’à en faire son gagne pain. Parmi ses élèves, une septuagénaire dont il en est le plus fier! « C’est juste incroyable qu’elle arrive à faire du kite à cet âge. Elle a du caractère et elle est forte mentalement. C’est la preuve qu’on peut tout faire, si on arrive à  développer ces qualités là. Il y a de quoi s’inspirer », fait-il ressortir.

Sur le plan d’eau de Mourouk, Drany Clair défie ainsi l’eau et le vent au quotidien passionnément. Mais selon ce dernier, son Île regorge aussi plein d’autres kitesurfeurs talentueux. « À Rodrigues, nous avons des jeunes très talentueux et de bon niveau. Nous sommes capables de rivaliser avec les meilleurs au monde », affirme ce dernier. D’ailleurs, il sera en action aux premiers Jeux Africains de plage qui auront lieu au Cap-Vert, du 15 au 23 juin prochain. L’occasion pour lui de se révéler et même de passer de son statut de No.1 de Rodrigues, à celui de top mondial.

Mon message aux Mauriciens…
« Rodriguais et Mauriciens, nous sommes un peuple! Ensemble on est plus fort.  Encouragez-nous dans cette bataille, car c’est en étant unis que nous la gagnerons. Quant à moi, je vais faire tout mon possible pour décrocher cette médaille d’or. »