Les employés d’Airports of Mauritius Limited (AML) sont de plus en plus remontés contre Airports Terminal Operations Limited (ATOL) et veulent que le gouvernement règle le problème de cette compagnie une fois pour toutes, d’autant qu’elle avait été qualifiée d’inutile par certains de ses membres lors de la dernière campagne électorale. Or, près de trois ans après, cette entité créée uniquement pour la construction de l’extension de l’aéroport de Plaisance est toujours là, déplorent les salariés d’AML.
Ces employés ont, d’ailleurs, des arguments pour justifier la fin de l’histoire d’ATOL comme le fait qu’AML rembourse la dette d’ATOL auprès de la banque Exim de la république populaire de Chine et a dû contracter de nouveaux emprunts pour renflouer ATOL en pertes récurrentes. Et tout ça, avec des fonds publics! Ils ne voient pas pour quelle raison ATOL doit conserver la gestion du terminal passager alors que personne n’est intéressé à travailler sur le “exit formula.” Ils ne manquent pas de souligner que le gouvernement est actionnaire à 99% d’AML et qu’AML, à son tour, détient 90% des actions d’ATOL et Aéroport de Paris, 10%. Aussi souhaitent-ils que le gouvernement mette un terme à cette situation en commandant un rapport d’audit complet sur la viabilité financière d’ATOL.