Véritable revirement de la situation dans le dossier de l’organisation des Jeux Africains, dont la prochaine édition est prévue pour 2015 au Congo. Réunis en assemblée durant la semaine écoulée, à savoir les 14 et 15, les ministres de la Jeunesse et des Sports africains  sous l’ombrelle du Conseil Supérieur du Sport en Afrique (CSSA), ont pris deux décisions de la plus haute importance. Primo: il a été décidé de ne pas dissoudre le CSSA. Ce dernier a pris la décision de mettre en place un ad-hoc committee pour repenser au mode de fonctionnement de l’instance devenu obsolète depuis des années. Secundo: le CSSA a décidé de ne pas céder l’organisation des Jeux Africains à l’ACNOA (Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique) contrairement à ce qui avait été mentionné dans un communiqué de l’ACNOA  émis le 23 octobre 2011 à cet effet après une réunion de l’Union Africaine. (Voir Week-End du 30 octobre 2011)
La nouvelle a été confirmée hier après-midi par le ministre mauricien de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, qui se trouve depuis mardi dernier  à la réunion des ministres du CSSA qui s’est déroulée les 14 et 15 de ce mois. «Effectivement, les ministres du Conseil Supérieur du Sports en Afrique a en effet pris deux décisions importantes. La première c’est de ne pas céder à la tendance de dissoudre cette instance. Au contraire, il a été décidé de mettre en place un comité pour son «re-thinking». Il a été aussi décidé de ne pas céder l’organisation des Jeux Africains à l’ACNOA», a d’emblée déclaré hier au téléphone Devanand Ritoo.
Il va sans dire que le CSSA ne suit pas l’Union Africaine dans la voie de donner une autre orientation à ces Jeux. En effet, en octobre dernier, l’UA, réunie dans ses locaux à Adiss Abeba en Éthiopie, avait pris la décision de confier l’organisation de ces Jeux à l’ACNOA. Un communiqué avait même été émis par l’ACNOA sous la signature de son président, Lassana Palenfo, pour dire que désormais «une étape importante a été franchie dans la vie du sport africain depuis l’organisation des 1ers Jeux en 1965 au Congo-Brazaville.» Il était question à l’époque que cette décision de passer la main à l’ACNOA en 2015 soit confirmée lors de l’Assemblée Générale du CSSA en janvier 2012 à Abuja.
Re-thinking du CSSA
Mais c’est en Erythrée que cette assemblée générale s’est finalement tenue hier et une autre surprise a été notée à l’arrivée. La décision prise par le conseil des ministres, pour ne pas dire l’exécutif du CSSA, n’a pu être entérinée par manque de quorum. «Seuls 24 pays sur 53 étaient présents aujourd’hui (ndlr hier). Le quorum est de 36 et après maintes discussions et appels à des hommes de loi pour statuer sur les règlements du CSSA, il a été décidé de renvoyer l’assemblée générale à une date ultérieure», explique encore le ministre Ritoo.
Ce dernier dira qu’au sein de la CSSA, la tension est forte sur ce dossier. «Mais les ministres africains sont d’avis que c’est l’État qui investisse dans les infrastructures comme dans la formation des athlètes. Dans ces conditions, il n’est pas opportun de laisser l’organisation des Jeux à l’ACNOA. Dans le sillage, il y aura un re-thinking sur le rôle et l’efficacité du CSSA afin de lui donner un nouveau départ», insiste le ministre à Week-End.
La suite de cette décision va donc déprendre de la prochaine assemblée générale du CSSA. Mais les dates et le pays organisateur ne sont pas encore connus.