En cette période de Carême chrétien, Mgr Ian Ernest, évêque de Maurice et archevêque de l’Eglise Anglicane de l’Océan Indien, a présenté sa lettre pastorale que nous reproduisons ci-dessus quelques extraits…
«Nous, Chrétiens Anglicans, devons être fiers de notre riche patrimoine historique bien que nous appartenions à une petite communauté. Mais être minoritaire dans un paysage multi-religieux ne devrait nullement être une source d’inquiétude, car le plus important pour nous, c’est que notre église, nos institutions, nos ministères et nos activités soient en consonance avec les signes de notre temps. De ce fait, nous nous devons d’être attentifs aux besoins et aux réalités des hommes et des femmes de notre temps afin que nous donnions plus de force à notre présence et à la proclamation de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Ainsi, il est impérieux que nous portions un regard objectif sur la vie de notre église et sur son témoignage.»
Et de souligner que «le temps de Carême nous offre cette occasion d’oeuvrer dans cette direction.» Le prélat balise le champ d’action où les fidèles se feront un devoir d’oeuvrer avec foi et détermination. «Le temps est venu pour soutenir, encourager, fortifier nos paroisses et nos institutions mobilisées pour vivre et agir dans un monde confus qui ne peut répondre aux besoins fondamentaux des hommes, des femmes et des enfants d’aujourd’hui. La pauvreté structurée, l’exploitation de la main-d’oeuvre surtout des travailleurs étrangers, le manque de respect à l’égard de la création divine, le terrorisme et l’extrémisme religieux semblent gagner du terrain dans plusieurs parties du monde. La faiblesse de la cellule familiale, l’augmentation du trafic de drogue, le jeu, la corruption et une pratique religieuse sans profondeur même chez nous à Maurice menacent la cohésion de la société humaine.»