L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) livre ces jours-ci une véritable partie de cache-cache pour l’interrogatoire Under Warning de l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth. Jeudi, celui-ci fait état à la presse de sa convocation pour jeudi prochain. Lors d’une conversation téléphonique avec le directeur du département des Investigations, il obtient la confirmation que l’audition se déroulera sous caution.
Retournement de situation en début d’après-midi, vendredi, avec l’ICAC informant Pravind Jugnauth que le rendez-vous de jeudi a été reporté au 22 septembre. Raison officielle avancée : indisponibilité de l’ICAC. Week-End a appris de sources généralement bien informées que ce renvoi avait été décidé en raison du fait que la direction générale de l’ICAC avait prévu déjà une fonction officielle au QG ce jeudi 15, avec la participation des diplomates de l’ambassade américaine, celle-là même qui avait remis en doute l’indépendance de cette institution.
Mais avec le retour au pays, en début de semaine, du directeur général de l’ICAC, Anil Kumar Ujoodha, parti en mission officielle en cours de semaine, d’autres revirements sont à prévoir dans le calendrier de travail, notamment par rapport à l’audition du leader du MSM dans l’enquête sur le scandale MedPoint. Aucune des sources approchées durant le week-end n’a voulu faire de commentaires sur cette valse-hésitation à deux temps, qui deviendra à trois temps.
Devant ces sautes d’humeurs de l’ICAC, Pravind Jugnauth, qui mène campagne contre la proximité alléguée de la Commission Anti-Corruption avec l’Hôtel du gouvernement, durcit le ton. Une campagne de mobilisation est initiée au niveau des différents comités régionaux du MSM pour galvaniser les troupes en prévision de l’interrogatoire de Pravind Jugnauth. Le mot d’ordre d’un rassemblement aux abords de l’ICAC le jour de cet interrogatoire a été lancé.
En guise de réactions après le renvoi d’une semaine de l’interrogatoire, le leader du MSM trouve que « kouma monn dir dan mo konferans de press napa kapav fer konfians l’ICAC. Ki pe manigansé ankor ? Fransman pe badine danzerezman e pou moi ena anguilles sous roches ». Il s’accroche à la thèse que le Deputy Prime Minister, Rashid Beebeejaun, et le ministre Rajesh Jeetah ne peuvent échapper à un interrogatoire Under Warning de par le Prima Facie Case possible contre eux.
Le feu vert de Pravind Jugnauth en tant que vice-Premier ministre et ministre des Finances le 23 décembre dernier pour le Departmental Warrant dans le rachat de MedPoint intéresse l’ICAC à plus d’un titre. D’abord, les enquêteurs tenteront de réconcilier cette intervention pour le paiement de la somme de Rs 144,7 millions et la position annoncée de Pravind Jugnauth qu’il s’est fait un point d’honneur de se tenir à l’écart des tractations et des procédures pour la réalisation du projet de National Geriatric Hospital.
Un autre volet de l’audition du leader du MSM portera sur la correspondance du 9 juillet 2010 émanant de l’ancienne ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee, connue comme la « My Dear Pravind Letter ». Dans ce document, mention est faite d’un montant de Rs 150 millions pour le projet de National Geriatric Hospital à partir des recettes des Loto Funds.
Une autre contradiction au niveau des Finances demeure au niveau du budget alloué pour ce projet. Techniquement, le Conseil des ministres du 5 mars 2010 avait entériné un budget de Rs 100 millions, soit Rs 75 millions pour l’immeuble et Rs 25 millions pour les équipements, pour le National Geriatric Hospital. En fin de compte, la facture approuvée par le ministère des Finances pour la réalisation de ce projet s’est élevée à Rs 144,7 millions, dont Rs 125 millions pour l’immeuble seulement.
A ce jour, les explications fournies par les responsables du ministère des Finances, en particulier le secrétaire financier et le directeur du Budget sont considérées comme étant « falling short of ICAC’s expectations ». Même si à certains moments, le secrétaire financier avait considéré le Doctored Minute Sheet (procès-verbal trafiqué) du dossier de MedPoint comme une invention de la presse, force est de constater que cette pièce à conviction accablante se retrouve toujours dans le dossier.
Officiellement les représentants du ministère des Finances soutiennent qu’il est une pratique établie et courante de modifier la teneur des décisions au fil de l’évolution d’un projet. Mais du côté de l’ICAC, l’on s’interroge encore sur les raisons pour lesquelles, le Minute Sheet a été carrément remplacé, alors que la logique aurait été que les modifications soient consignées en ordre chronologique pour une meilleure compréhension du dossier.
La nouvelle série de convocations, littéralement en même temps, mardi, du secrétaire financier et du directeur du Budget, n’était pas pour plaire aux principaux concernés. L’énervement était à peine dissimulée au ministère des Finances au cours de la semaine écoulée, d’autant plus qu’un des étapes cruciales dans les préparatifs budgétaires, les négociations tripartites, étaient en cours. Week-End a obtenu confirmation que les dernières auditions des représentants du ministère des Finances s’étaient déroulées Under Warning.
Outre ces aspects d’ordre technique, il faudra s’attendre à voir le leader du MSM déborder sur le volet politique de l’affaire MedPoint avec notamment l’Unsollicited Bid soumis par le Dr Malhotra avant les dernières élections générales. Le ministre Jeetah a reconnu avoir reçu le beau-frère de Pravind Jugnauth à son bureau quand il occupait les fonctions de ministre de la Santé en présence de l’ancienne Senior Chief Executive à la Santé, Mme Veerapen. Cette dernière a déjà été entendue par l’ICAC au sujet de cette affaire.
Le suspens sur la date du rendez-vous de Pravind Jugnauth devra être levé en début de semaine. Avec une convocation susceptible d’intervenir incessamment, une nouvelle page de l’affaire MedPoint devra être tournée…