Vous auriez dû voir la tête de mes nigauds de collègues et celle de mon avorton de rédac’ en chef quand je leur ai annoncé la nouvelle. Oui, je l’ai fait. Le nez en l’air, les cheveux au vent, le regard vers l’horizon, je l’ai pisté et l’ai finalement débusqué. Ni les elfes ni les rennes ne m’ont vu venir quand j’ai fondu dans le décor comme une tortue Ninja pour lui mettre la main dessus. Je l’ai capturé, ligoté de guirlandes avant de le soumettre à un interrogatoire serré, tout en profitant pour régler mes comptes au sujet de cadeaux jamais reçus.
Croyez-le ou pas, chers lecteurs, mais ce que vous vous apprêtez à lire est véridique, à quelques détails près. Ci-dessous la retranscription fidèle de mon interview en exclusivité mondiale du Père Noël.