Les Mauriciens de foi tamoule célèbrent demain le Thaipoosam Cavadee après un jeûne de 10 jours ayant débuté avec la cérémonie Kodi Ettram (lever du pavillon) et Kodi Irrakam, rituel qui met fin au jeûne. Celui-ci aura lieu jeudi suite à la descente du pavillon.
Cavadees colorés sur les épaules et marchant pieds nus sur l’asphalte, les dévots exprimeront leur foi envers le Dieu Muruga.

La fête est célébrée lorsque l’étoile du poosum coïncide avec la pleine lune du mois de Thaï. Durant ces dix jours de jeûne, des prières sont dites dans les différents kovils de l’île. Ceux qui porteront le cavadee entonneront le chant pieux « vetri-vel muruga nukku araharogarah » (« gloire à toi, Dieu Muruga »).
Depuis lundi, les dévots ont confectionné le cavadee en assemblant du bois et des bambous.

Les structures sont parées de feuilles de cocotier, de plumes de paon, de limons, de tissus divers, de clochettes et d’effigies de Muruga. Demain, les dévots se réveilleront tôt pour les prières dites dans l’autel familial afin de demander la grâce de Muruga. Ils se rendront par la suite au bord des rivières pour prendre un bain purificateur. Après les ablutions, du lait sera versé sur les deux sombous ou dans des coudams portés sur la tête. Le front, les épaules, le dos et la poitrine seront enduits de vibhuti (cendre sacrée). Certains se perceront la langue et le corps avec des vels symbolisant la lance à l’aide de laquelle Muruga vint à bout d’Idumban.

La procession quittera ensuite la rivière vers le kovil. À leur arrivée, les dévots détacheront les deux sombous qui contiennent l’offrande pour les verser sur le murthi de Muruga, qui est vénéré sur son trône. Quelques gouttes de lait seront ensuite remises par le prêtre aux dévots, qui les boiront pour purifier leur corps et leur âme.