Alexandre, 19 ans, porte des lunettes et a des cheveux longs. Guillaume, 18 ans, arbore, lui, des cheveux courts. Alexandre et Guillaume Donat sont frères et cette particularité a attiré les regards sur eux dans la minute qui a suivi la proclamation des noms des lauréats de la cuvée 2015. À Rose-Hill où nous les avons rencontrés chez eux, c’est une petite famille au complet qui entourait les deux vedettes du jour. Des proches se sont aussi déplacés pour venir féliciter les jeunes hommes. Et parmi ceux-ci, Mgr Rex Donat. L’ancien évêque de Maurice a tenu à être présent auprès de ses petits-fils.
Après la liesse traditionnelle au collège Royal de Port-Louis, les deux frères accompagnés de leur père, Norbert, et de leur belle-mère, Christina, se sont recueillis sur la tombe de leur mère. Une fois au domicile, Alexandre et Guillaume Donat ont à nouveau fait l’objet de toutes les attentions. À les voir, sans connaître leur succès académique, rien ne laisse entrevoir que ce sont deux brillants boursiers. D’emblée les deux frères font tomber les clichés du lauréat classique sans éclat.
“Il n’y a pas un modèle de lauréat. Les gens ont construit un portrait erroné du lauréat”, lance Guillaume. “Nous ne sommes pas des intellectuels scotchés en permanence dans nos livres. Certes, nous avons été très studieux durant ces deux années de HSC, mais nous avons trouvé le juste milieu entre les études, notre vie de famille, nos amis et nos activités. Nous pratiquons le sport et la musique, d’où les instruments, comme le piano, la batterie et la guitare dans notre salon. Nous essayons de toucher à tout. Nous avions une heure pour apprendre et pour nous détendre. Le bon équilibre a payé.”
 16 mois les séparent. Ils ont des aspirations opposées. Mais tous deux ont concouru pour décrocher une bourse qui leur permettra d’accomplir leur rêve. L’aîné, lauréat en filière technique, ambitionne de poursuivre des études en génie mécanique en Angleterre. “L’année dernière, j’étais classé neuvième dans cette filière. J’ai alors décidé de faire une troisième année. Cette fois, je voulais être premier, car je savais que notre famille n’aurait pas les moyens de nous envoyer tous les deux à l’étranger pour poursuivre nos études”, confie Alexandre.
Guillaume, lauréat côté sciences, lui, voudrait se spécialiser en médecine. En décrochant la très convoitée SSR National Scholarship, il pourra concrétiser son souhait. Affirmant que ce n’est pas l’esprit de compétition qui les a conduits au succès, ils défendent “la culture du partage” que leur a inculquée le collège Royal de Port-Louis. “Avec les autres candidats, nous discutions beaucoup avant chaque épreuve. Nous ne nous sentions absolument pas comme des rivaux”, soutient Guillaume.
Se connaître et reconnaître ses forces et faiblesses, disent-ils, sont importants pour avancer et progresser dans les études. Aussi, les deux lauréats soulignent qu’il faut compter avec le soutien et l’encadrement familiaux. “Nous savons que nous irons à l’étranger, mais nous ne savons pas encore si nous reviendrons. Le Premier ministre souhaite que les lauréats se mettent au service de leur pays. Il a raison. Mais rentrer à Maurice relève d’un choix. Ceux envers qui nous sommes redevables, ce sont nos parents”, avance Guillaume.
En rendant hommage à leurs parents, les deux frères Donat confient que ces derniers ont eu un rôle important dans leur vie. Pour ces deux anciens écoliers de Notre-Dame de Lourdes RCA, c’est grâce à la formation littéraire de leurs parents qu’ils ont acquis des valeurs. Leur réussite, ils la dédie aussi à leur mère, décédée des suites d’un cancer en 2012. Elle aura été leur force. “Perdre un parent est la chose la plus douloureuse à laquelle un enfant puisse faire face. J’étais en Form V quand notre mère est morte et j’ai quand même obtenu six unités”, confie Alexandre.