Les maisons temporaires à Baie du Tombeau accueilleront 150 familles. Chaque unité comprend trois pièces.

15 toilettes et salles de bains communes pour 150 familles ? Inadmissible! Les conditions insensées dans lesquelles ces dernières seront temporairement relogées après leur départ des longères de Baie du Tombeau ont valu une salve de critiques à la National Housing Development Ltd.

Depuis, il est question d’aménager des toilettes et salles de bains individuelles derrière chaque maison du lotissement, toujours en chantier. La fouille pour les fosses septiques est en cours. Les familles concernés, qui n’entendent pas partager des sanitaires communs, s’élèvent contre cette idée à chaque fois que l’occasion de se faire entendre leur est donnée. Si actuellement, elles vivent dans des conditions précaires, dans deux types de longères où elles ne disposent pas de toilettes et de salles de bains correctes, elles ne souhaitent pas pour autant connaître la même situation une fois qu’elles auront emménagé dans les habitations temporaires.

Les toilettes communes dans un tel contexte poseraient à la longue des problèmes divers, dont celui d’hygiène. Autre inconvénient auquel seront confrontées les familles après leur installation: la promiscuité. Les unités comprenant chacune trois pièces qui leur seront attribuées étant toutes annexées sans séparation isolante, il leur sera diffi cile de vivre avec les bruits provenant des foyers qui les entourent.

Et si par malheur, un incendie éclate dans une des maisons, plusieurs maisons seront touchées. Contacté pour confi rmer la construction de toilettes individuelles, le directeur de la NHDC, Gilles L’Entêté, a souhaité une requête de notre part par mail. À hier, nous n’avons pas eu de réponse de l’organisme. En revanche, sur le chantier, les ouvriers ont délaissé la construction des toilettes et salles de bains communes. Les structures déjà érigées pour celles-ci seront probablement transformées en lavoirs.