Alors qu’il a déjà bénéficié de deux ans de stage au Centre international de Thiers au Sénégal, Jockenson Guillaume voit actuellement cette bourse remise en question. Fraîchement débarqué des Jeux de la Francophonie qui se sont achevés dimanche dernier à Nice en France, le lutteur d’origine rodriguaise se trouve devant une situation embarrassante. D’autant que sa prestation à cette compétition n’aura pas convaincu.
En action dans la catégorie -55 kg, Jockenson Guillaume avait disposé au premier tour du Tchadien Ongvuna. Toutefois, en quarts de finale, il s’était incliné face au Marocain Ouled Bentle Radouan (0-4) et ne se retrouvait alors pas sur le podium. Une prestation que déplore Richard Papie, président de la Fédération mauricienne de lutte amateur (FMLA).
« Guillaume n’a pu marquer le moindre point au cours de ce combat décisif. Pourquoi ne progresse-t-il pas ? Il existe un souci quelque part. » Selon lui, le lutteur aurait logiquement pu prétendre à mieux, alors qu’il a bénéficié jusqu’ici d’un stage de deux ans dans un centre de haut niveau.
Reste que Jockenson Guillaume avait apporté un certain espoir dans le giron de la lutte locale en décrochant la médaille de bronze lors du tournoi tenu en Espagne en juillet dernier. La décision d’Ibrahim Sarr, responsable du Centre de Thiers, de le faire descendre de catégorie (-60 kg à -55 kg) semblait avoir porté ses fruits.
« Nous étions confiants qu’il maintiendrait cette progression constante suite à ce changement de catégorie. Mais voilà, il réalise une performance que je qualifierai de très moyenne aux Jeux de la Francophonie. À mon avis, cela est catastrophique car nous avons investi en lui. Il nous est redevable et maintenant les portes peuvent se fermer devant lui », souligne Richard Papie. Toujours est-il que ce dernier avance que toutes les démarches seront entreprises auprès des instances internationales afin que Guillaume puisse compléter son stage.
D’ailleurs, une décision finale pourrait être prise lors du stage de la CONFEJES prévu à Maurice à la fin du mois prochain et qui regroupera lutteurs mauriciens, réunionnais, malgaches, rodriguais et probablement comoriens. Il est à noter que Jockenson Guillaume demeure le seul lutteur mauricien sociétaire du Centre international de Thiers.
Joyce Milazar, médaillée de bronze aux Jeux de la Francophonie, avait perdu sa bourse faute de résultats, tandis que celle de Ricaud Ravina n’avait pas été renouvelée. Blessé lors d’un test-match au Sénégal, les dirigeants sur place avaient conclu qu’il ne s’était pas suffisamment protégé et que sa blessure résulte de sa propre faute.
Par ailleurs, les championnats nationaux de la croche se dérouleront le 13 octobre, tandis qu’une compétition regroupant les cadets mauriciens et réunionnais est prévue en novembre. À l’issue de cette compétition, les deux meilleurs mauriciens bénéficieront d’un stage d’un mois à l’île soeur.