Sorti la semaine dernière, Lyrical Revolution de Jahfazon présente un reggae/seggae à l’état pur qui redonne à la musique sa dimension contestataire. Pour ce rasta de Belle-Rose, la musique qu’il a choisie est une manière de vivre qui s’accompagne de certains devoirs pour la promotion de l’égalité.
Lyrical Revolution est un album reggae/seggae roots qui revient, dans ces textes comme dans sa musique, vers les bases jetées par des artistes comme Marley, Tosh, Burning Spear et Kaya. Un son et un arrangement qui respectent les principes d’origine pour porter des textes engagés, souvent enragés. Lyrical Revolution interpelle, critique, dénonce, appelle à plus de justice et à un monde plus équitable, dans le respect des uns et des autres. Il fait l’apologie du mode de vie rasta, dénonce l’abus policier, chante Jah. Rien à voir avec les trucs mièvres dégoulinant d’eau de rose qui, à des fins commerciales, détournent le reggae de sa vocation visant la prise de conscience.
Lancé la semaine dernière, l’album atterrit dans la mare, dans un grand splash, éclaboussant les habits immaculés des bien-pensants pour les amener dans une autre réalité. Il ne fera pas que des heureux, car il crie très fort ce que beaucoup disent tout bas. “Mais nous savons tous que la vérité est une offense”, dit l’auteur de l’album.
Ce ne sera pas le premier affront de Jahfazon. L’objectif est sans appel. “Je cherche une révolution. Notre pays en a besoin.” Mais le descendant spirituel du lion ne croit pas dans le pouvoir des armes. “Cette révolution, nous devons avant tout la faire dans nos têtes, dans nos esprits. Elle devra être non-violente pour amener le changement dont nous avons besoin.”