Une équipe de la British Union Against Vivisection (BUAV), dont le Dr Nick Palmer, ancien membre du Parlement britannique, a rencontré le ministre de l’Environnement Raj Dayal hier à Port-Louis pour des discussions sur l’exportation des singes de Maurice vers les laboratoires de recherches médicales en Europe et ailleurs dans le monde.
Dans un communiqué, le Dr Palmer a déclaré qu’il est très heureux d’avoir pu rencontrer le ministre Dayal et apprécie son engagement à trouver des solutions pour résoudre les inquiétudes concernant le commerce de singes. « Nous nous attendons à progresser dans ces discussions en vue de mettre fin aux souffrances infligées à la population des macaques de Maurice », a-t-il dit.
Dans une pétition signée jusqu’ici par environ 162 000 personnes à travers le monde, la BUAV appelle à mettre fin au commerce de singes mauriciens, en révélant « les terribles souffrances infligées à ces animaux exportés vers un laboratoire allemand ». Cette Ong estime en effet que l’utilisation des macaques dans la recherche est « une mauvaise approche ». Il y a, selon elle, « de meilleurs moyens » pour mener des recherches n’infligeant ni mal ni souffrance aux animaux. « Nous espérons que vous ne serez pas seulement préoccupés par ce qui arrive aux macaques exportés de Maurice, mais aussi par l’impact négatif que cette souffrance a sur l’image de Maurice au niveau international. Nous vous appelons à mettre fin à ce commerce et à l’exportation à partir de cette île », fait-elle ressortir.
Maurice est considérée comme étant l’un des plus grands fournisseurs de macaques à l’industrie mondiale de la recherche. Il existe plusieurs fermes qui disposent de facilités d’élevage de milliers de singes. Selon la BUAV, les macaques sont capturés dans les forêts, emprisonnés dans des fermes et donnent naissance à des petits qui sont, eux, vendus aux laboratoires à travers le monde. Cette Ong, qui milite depuis plus d’un siècle pour la création d’un monde sans expériences médicales sur les animaux, déclare avoir réussi à sensibiliser les gens autour de l’exportation des singes de Maurice.