En vue de changer la perception de la société sur les handicapés, le Mauritius Council of Social Services (MACOSS) a organisé une troisième journée récréationnelle. Le thème cette année : « Rekonet Nu Valer ». Un évènement mettant en relief le talent des handicapés a eu lieu devant la municipalité de Port-Louis mardi.
Dana Chengan, chairperson du MACOSS, a insisté que le développement des handicapés passe par leur réintégration dans la société. « On ne devrait plus les considérer comme des êtres à part, mais chacun d’entre nous devrait les encadrer et les amener à mettre en avant leur créativité », a-t-elle plaidé. « Andikape ena valer. Enn dimounn ki soufer enn andikap merit nou latansion », a-t-elle ajouté.
La chairperson du MACOSS a fait ressortir que les enfants handicapés ont du potentiel. « Grâce aux efforts de leurs parents, ces enfants ont démontré à leur entourage qu’ils pouvaient aussi bien faire que les bien portants. Les activités sont très importantes pour les aider à se développer et à acquérir une certaine autonomie. » Et de laisser entendre que ces enfants vulnérables ont besoin d’aide et d’encadrement, ajoutant qu’il faut arrêter de tirer à boulets rouges sur les Ong. « Mo finn tande ki bann Ong pa fer zot travay kouma bizin. Zot zis galoup derier finansman. Si nou retir volontaria dan sirkwi, lerla nou pou realize ki bann gro travay volontaria pe fer. »
Trente-huit écoles pour handicapés oeuvrent dans le but d’encadrer ces jeunes, et sans les enseignants, les handicapés seraient donc livrés à eux-mêmes. « Il nous faut leur donner une éducation et une formation afin que ces handicapés puissent trouver leur place au sein de la société. Ces activités récréationnelles en public chaque année sont destinées à faire prendre conscience à tout un chacun du potentiel existant chez chaque handicapé. » Dana Chengan insiste que s’il y avait une étude mise en place, « elle démontrerait que 80% de ces handicapés ont leur place au sein de la société ». Et de citer l’exemple de Jane Constance, « qui est aveugle et a porté très haut les couleurs de Maurice ».
Daniel Laurent, lord-maire, s’est réjoui de la tenue de cette fête devant la municipalité de Port-Louis. « Chaque Ong a un rôle important à jouer. Zot tou sel reprezant lespwar pou bann dan “le besoin”. On doit aussi saluer le combat du MACOSS pour le bien-être et la bonne marche de notre société, de même que les efforts de ces handicapés, qui ont préparé un programme qui mérite tous nos applaudissements. »
Lindsay Morvan, président honoraire du MACOSS,  a déclaré que « c’est à l’Etat de s’assurer de donner tout le respect que mérite » un handicapé. « Tou seki bizin pou enn dimounn viv konvenableman, se responsabilite Leta. La municipalité de Port-Louis a donné un bel exemple de solidarité et le MACOSS a prouvé une fois de plus qu’elle pouvait être cette ombrelle sous laquelle les autrement capables pouvaient s’abriter. »