Cela fait maintenant 4 Maiden dans l’escarcelle de Gilbert Rousset. 4 victoires dans la plus prestigieuse course classique depuis le succès de To The Line en 2006. Cette victoire peut paraître une petitesurprise mais pour Gilbert Rousset, Intercontinental était le cheval le mieux préparé et il méritait sa victoire.
Gilbert Rousset était particulièrement heureux après le sacre d’Intercontinental d’autant plus que celui sur qui il avait fondé de gros espoirs pour décrocher la timbale, Solo Traveller, avait été contraint à un repos forcé depuis sa mésaventure d’avant le Barbé. «Intercontinental est venu dignement remplacer Solo Traveller».
Gilbert Rousset à tenu à souligner que le Maiden est une course bien dure, surtout depuis que les 2400m ont été réintroduits et qu’il ne faut nullement brûler les étapes.
«J’avais dit à mon entourage qu’Intercontinental était le cheval le mieux préparé. Sa participation dans le Supertote Golden Trophy a été déterminante et ce jour-là il avait battu la plupart de ses adversaires qui devaient être alignés dans le Maiden, en dépit du fait qu’il portait 61 kg. D’un autre côté, les deux ténors qu’il fallait battre dans Le Maiden n’avaient pas participé à cette course et cela fut mon plus gros espoir. En fin de compte, ils ont payé cher cette non-participation tandis que mon coursier avait encore progressé après cette victoire.» a-t-il souligné.
Gilbert Rousset avait déjà connu trois victoires dans le Maiden, celle d’Intercontinental est son quatrième vainqueur…
« On ne peut ne pas être fier après la dizième victoire d’un cheval au Champ de Mars, surtout quand celle-ci est acquise à l’issue du Maiden. De par ce qu’il avait auparavant réalisé au Champ de Mars, Intercontinental méritait amplement une victoire classique. Après The Supertote Golden Trophy, le Maiden a été la cerise sur le gâteau. Je suis en fait particulièrement heureux pour les propriétaires qui ont goûté à leur premier Maiden alors que les membres de l’écurie avaient été bien déçus après les déboires de Solo Traveller. Je peux dire qu’Intercontiental a été un digne remplaçant.»
Comme ça a été la quatrième réussite de Gilbert Rousset dans le Maiden, la question qui s’imposait était s’il y avait un secret derrière la préparation d’un cheval en vue du Ruban Bleu.
« Un secret ? Aucun, il n’y a aucun secret ni aucune recette Gilbert Rousset. Tout succès, fut-elle la plus grande, repose sur un travail d’équipe. Mon assistant Soodesh effectue un travail remarquable. Johnny Geroudis apporte aussi sa part. L’équipe de palefreniers est soudée et bien dirigée. Les propriétaires sont solidaires et ne s’épargnent pas les moyens pour reforcir l’effectif de l’écurie. Chacun fait son boulot et ce sont ces efforts qui ont été récompensés. Je dois dire un grand bravo à notre jockey qui a piloté Intercontinental comme un maître. Je pense que son expérience et le fait de bien connaître le cheval a fait la différence.»
Reste qu’il y avait une certaine appréhension car Intercontinental n’avait pas été très heureux au tirage au sort des lignes.
« La 7e ligne n’était pas le meilleur numéro au départ. Donc, on avait pris la décision de suivre les meneurs mais de ne pas bousculer le cheval. On a pu avoir un très bon parcours je peux dire et je fus surpris que la course soit partie sur des bases très élevées au premier tour. Je me suis dit que c’était tant mieux pour nous. Et quand Vettel a commencé à mettre la pression et a augmenté la cadence alors qu’Ice Axe fut dans l’incapacité de poursuivre son effort, je me suis dit que si Intercontinental sprintait comme il l’avait fait la dernière fois, il aurait sa chance en ligne droite finale. Vettel n’a pas accéléré comme attendu, payant quelque part de ses efforts, et quand Geroudis a sollicité son coursier, ce fut l’extase.»
A la suite de ce succès classique, l’écurie Rousset est passée en tête au classement avec un peu moins de Rs 600 000 d’avance sur Merven.