Lors d’une conférence de presse , le Mouvement Authentique Mauricien (MAM), s’est prononcé en faveur de la castration des violeurs et des pédophiles. François Eliézer, leader du MAM, demande à ce qu’il y ait un débat en ce sens.
Depuis que l’Internet est à la portée de tous, François Eliézer trouve que cela a une très mauvaise influence sur les impulsions de certaines personnes de la gent masculine. Ce n’est pas étonnant, selon lui, qu’aujourd’hui, on entend beaucoup de cas de viol et de pédophilie. « L’éducation ne peut plus éviter ce fléau parce que les étudiants même s’enferment dans leur chambre hors du contrôle parental. Ils ne sont pas à l’abri du danger et se prêtent à l’aspect négatif de l’Internet ».
Ce que propose le MAM, c’est la castration des violeurs et pédophiles. Une proposition qui fait écho dans le public et qui est très bien accueillie par les femmes. « Cependant, il faut que le public comprenne que la castration n’est pas l’enlèvement total de l’organe sexuel du violeur mais l’ablation des glandes génitales pour rendre l’homme stérile », a expliqué le leader du MAM. La castration proposée par le MAM est une opération privant les pédophiles et les violeurs de la faculté d’accomplir l’acte sexuel. Cette opération permettra aux hommes de pouvoir vivre une vie normale comme les personnes séniles et ils n’auront plus de désir sexuel, selon les dires de François Eliézer.
Le MAM qualifie ces crimes sexuels comme des actes terroristes, c’est la raison pour laquelle il tient ferme sur le fait que « notre société n’a pas le droit de rester indifférente aux angoisses et traumatisme des victimes de viol ou de pédophilie. Ce problème concerne toute la population, ce ne sont pas de simples faits divers ». C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le MAM fait appel à tous les Mauriciens et dirigeants du pays à s’unir pour protéger les potentielles victimes contre « ce nouveau genre de terrorisme ».
Un sondage d’opinion parmi la classe féminine et les étudiants a été proposé par le MAM. Il suggère également que les cas de pédophilie soient examinés par une cour de justice spéciale. Le leader du groupe souhaiterait aussi un débat public par les membres de la société civile. Il est d’avis que le gouvernement vienne avec un projet de loi à ce sujet.