Deux questions étaient à l’ordre du jour mardi dernier à l’Assemblée Nationale au nom du député de l’Opposition, Franco Quirin à l’adresse du ministre Devanand Ritoo. Si celle qui touche l’emploi des sportifs de haut niveau au sein des entreprise privée en vertu d’une annonce faite dans le budget 2012 de Xavier-Luc Duval n’a pas attiré grande discussion, par contre celle sur les amendements du Sports Act a volé la vedette. En effet, contrairement aux deux précédentes questions du député mauve sur ce même sujet, cette fois le ministère Ritoo est allé aux confidences. Comme par exemple le fait que les amendements sont prêts et qu’il y a eu des «extensive consultations» en plusieurs occasions avec les fédérations et les  comités olympiques.
La question initiale du responsable du dossier du sport au sein du MMM avait trait sur la situation quant à la décision du ministre du Sports d’apporter des amendements au Sports Act. Dans la foulée, le député  du MMM est venu à la charge avec les recommandations faites dans un courrier du CIO, signé Jérôme Poivey, sur les amendements du Sports Act tout en rappelant au ministre sa déclaration à l’Assemblée qu’il viendrait avec la nouvelle loi après les JIOI 2011.
Quirin: Je vais déposer copie de cette lettre que j’en suis persuadé, sera d’une aide à tous ceux qui travaillent sur les amendements à apporter aux Sports Act.  Vu l’urgence de la situation, vu l’urgence sur la nécessité  d’amender le Sports Act – je vais faire allusion à deux de mes PQs qui ont été posées le 16 novembre 2010, où le ministre avait dit qu’il allait venir very soon avec les amendements.  Je  reviens une année après, le 12 Juillet 2011, où il dit que –  « I am proposing to introduce the Bill in the National Assembly after the Indian Ocean Island Games. »  Alors,  tous ça pour dire; est-ce que cette fois-ci ces amendements vont venir pour de bon  ici dans cette Assemblée ou ce sera encore une fois very soon ou après un évènement?
Ritoo: I just wanted to inform the hon. Member that in the same letter Mr Jérôme Poivey  also informed us; le CIO, Comité International Olympique a rappelé clairement que l’élaboration  des lois nationales relèvent naturellement de la compétence étatique.   In another correspondence, il a mentionné : « le CIO n’a pas le pouvoir d’approuver formellement une loi nationale qui relève de la compétence exclusive des états souverains que
nous respectons ».    So, of course we are dealing already with the Mauritius Olympic Committee which in turn is a member of the International Olympic Committee and we have no problems.  In fact, je  voudrais dire, M. le président, le Sports Act existe depuis 1984 et  a été voté ici à l’Assemblée
Nationale.  Cet acte n’a jamais été contesté et  est tres respecté par tous les instances sportives.    Donc, les fédérations sportives avec qui nous avons fait au moins une dizaine de  consultations, même en décembre, on avait réuni toutes les fédérations, ils n’ont même pas eu une question concernant le Sports Act.  Donc, je pense en vérité que tous ces tapages autour de ces
amendements, c’est surtout le fruit d’une poignée de personnes au sein de certaines instances  sportives qui ont peur de voir leur règne s’effondrer.  Car je vous rappelle, M. le président, l’un  des objectifs de ces amendements c’est de combattre la prolifération des clubs fictifs qui est le  vrai mal qui ronge le sport local et qui a permis à certains dirigeants de régner comme seul  maître à bord.  D’ailleurs, actuellement nous sommes très fiers de la performance de nos athlètes.
Malheureusement, nous avons aussi des dirigeants qui ne font pas honneur de par leur ego  personnel et de par leur intérêt personnel et qui sont en train de semer la zizanie entre le  ministère et les fédérations.
Ce mardi, le début vient avec une question sur le stage des nageurs du Pôle Espoir en France sous la direction du DTN, Philippe Pascal, et du Club M, en particulier celui qui occupe le poste d’entraîneur.