Photo illustration

Dans quelques semaines, la MCCI Business School débutera un nouveau cours sur des métiers techniques du cinéma. Ce cours, qui sera animé par des enseignants de l’école
de cinéma et de l’audiovisuel française Factory, sera sanctionné par un certificat délivré conjointement par l’école française et le Mauritius Qualitifications Authority.

Pourquoi organiser un cours sur les métiers du cinéma ? “Parce que”, répond Torriden Cheellapermal, directeur de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry Business School, “le cinéma est une industrie que les gouvernements mauriciens ont toujours voulu développer en offrant des incitations pour les tournages. Maurice est en train de devenir un endroit recherché pour ses décors naturels par les compagnies de production étrangères, que ce soit pour les longs métrages ou les clips publicitaires. Il ne lui manque que des tech- niciens locaux formés pour compléter l’offre. Il faut donc structurer une petite industrie audiovisuelle et cinématographique en faisant de la formation.”

C’est donc pour former les techniciens dont ont besoin les productions étrangères que la MCCI Business School s’est associée à l’école française de cinéma et d’audiovisuel Factory. C’est ainsi qu’à partir du mois d’avril vont débuter un cours de six mois sur trois métiers techniques du cinéma : (i) opérateur image/lumière (ii) opérateur prise de son et (iii) assistant de production. Les ensei- gnants et le matériel technique nécessaire seront fournis par Fac- tory et les cours seront donnés en fin de journée afin de permettre à ceux qui travaillent de pouvoir les suivre. A l’issue de ces cours, et avec le certificat obtenu, les élèves pourraient être embauchées par les équipes de tournage ou poursuivre leurs études dans une école européenne.

Pour François Vilet, “le cinéma en général et même le Web demandent des niveaux de qualité pour être pris au sérieux et pour sortir du lot de la masse des millions de clips qui sont postés quotidiennement sur la toile. Ces niveaux ne peuvent être acquis que par des formations données par des professionnels du métier. En audiovisuel et dans la pub, le pays le plus concurrentiel de Maurice est l’Afrique du Sud. Les Mauriciens qui se lancent dans ce secteur doivent avoir au moins le niveau des presta- tions sud-africaines pour être dans la course.”

Selon François Vilet, les cours proposés par le MCCI Business School en collaboration avec Fac- tory vont permettre aux Mauri- ciens intéressés d’obtenir le niveau recherché.