Le Dr Wajid Ali Khan, chirurgien ophtalmologue pakistanais, est à sa dixième visite à Maurice, accompagné de son équipe. Comme les années précédentes, ils examineront et pratiqueront des interventions chirurgicales sur des patients de l’île dont les cas sont complexes, et ce sans rémunération.
« Durant ces dix dernières années, ce doyen de l’Al-Shifa Trust Eye Hospital de Rawalpindi, au Pakistan, a ausculté plus de 3 000 Mauriciens et a opéré 290 patients qui souffraient de graves conditions oculaires », a rappelé le ministre de la Santé, Anwar Husnoo, lors d’une cérémonie organisée mardi par le Lions Club à la municipalité de Port-Louis, pour accueillir l’ophtalmologue pakistanais et son équipe. Le ministre de la Santé a concédé que ce genre de traitement est « difficile » à Maurice « en raison d’un manque de spécialistes ». Ainsi, les déplacements dans l’île du Dr Wajid Ali Khan ont été bénéfiques en termes de formation pour les médecins locaux. Profitant de l’occasion, Anwar Husnoo dit prendre en considération les recommandations de l’équipe pakistanaise pour mettre sur pied un Blindness Prevention Programme de même qu’un programme de décentralisation d’ophtalmologie vers différents centres de santé.
De son côté, le Dr Wajid Ali Khan a rappelé les relations d’amitié qu’entretiennent nos deux pays et que son équipe « ne peut refuser » de traiter des patients mauriciens. « Nos visites annuelles à Maurice sont devenues une routine car on sait que beaucoup de malades attendent avec impatience notre déplacement pour espérer une guérison », soutient l’ophtalmologue. Cette équipe de médecins profite de leur passage à Maurice pour pratiquer un maximum d’interventions chirurgicales, telles des transplantations de la cornée.
Par ailleurs, le Lord-maire, Daniel Laurent, a remercié le Dr Wajid Ali Khan en rappelant que, grâce à son équipe, « beaucoup de Mauriciens n’ont pas besoin de faire le déplacement à l’étranger pour se faire opérer ». D’ailleurs, la municipalité de Port-Louis avait octroyé le titre de citoyen libre de la ville à l’ophtalmologue pakistanais en 2014.