Dans son message à la nation pour le nouvel an, le Premier ministre a réaffirmé qu’il n’y aura pas de consultations populaires avant 2015. « Un pays ne peut être en campagne électorale permanente », a lancé Navin Ramgoolam en invitant l’Opposition à respecter les règles démocratiques. Pour lui, l’organisation des élections régionales a permis de démontrer que la démocratie est vivante à Maurice et mettre en valeur la participation des femmes dans la vie politique. Il s’agit pour le PM de se concentrer sur l’action gouvernementale jusqu’en 2015. Pour cela, il a insisté sur le fait que le pays a besoin de stabilité politique et d’harmonie sociale. « En tant que Premier ministre il est de mon devoir de ne laisser personne jouer avec la stabilité du pays et l’avenir de vos enfants ».
Le message de Navin Ramgoolam a été marqué par quelques allusions à ses adversaires politiques en soulignant « qu’on ne peut dégrader les débats démocratiques avec des insultes, la répétition de faussetés et la démagogie ». Il a estimé que sir Anerood Jugnauth avait essayé de pervertir l’institution de la présidence en se lançant dans la politique partisane alors qu’il occupait les fonctions présidentielles. Pour lui, la République a retrouvé aujourd’hui sa sérénité. Il s’est dit confiant de pouvoir « surmonter tous les obstacles ». « L’avenir ne se construit pas avec des rétrogrades et des passéistes ». En ce qui concerne les Chagos, le PM a dit que son gouvernement est déterminé à continuer la lutte pour faire reconnaître le droit d’exercer la souveraineté mauricienne. Il a aussi annoncé l’introduction du permis à points pour les automobilistes en février et le lancement prochain du projet de métro léger.
Voici de larges extraits de l’intervention du Premier ministre à la télévision et à la radio :
« C’est avec confiance et espoir que je vous adresse le message du nouvel an. Confiance parce qu’en 2012 malgré la crise économique qui continue, notre pays a continué à progresser sur les plans démocratique, économique et social. La démocratie est bien vivante et solide dans le pays. Je vous avais dit au début de l’an 2012 que les élections seraient organisées en 2012. Après que le gouvernement a finalisé les nouvelles législations concernant les élections régionales, la Constitution a été amendée pour permettre à plus de femmes de participer à ces élections. Une fois la nouvelle législation adoptée certains l’ont contestée en disant qu’elle est communale. Ensuite, ils ont fait marche arrière. Aussitôt après j’ai organisé les élections villageoises et municipales comme promis. Je félicite tous les élus, présidents et vice-présidents des conseils de district aussi bien que les maires et adjoints maires des villes. Nous au niveau du gouvernement nous travaillerons toujours pour tous les citoyens au niveau de la République de Maurice. Nous ferons tout pour nous assurer du bien-être et du développement. Les élections ont renforcé la démocratie dans le pays. Le nombre de conseils de district est passé de quatre à sept pour améliorer les services au niveau des villages. Jamais n’y a-t-il eu autant de femmes qui ont participé à des élections régionales et qui ont été élues. C’est un avancement historique chez les femmes. C’est un engagement que j’avais pris et je suis fier qu’il ait été traduit dans la réalité. Je suis convaincu qu’il faut un plus grand nombre de femmes participant aux élections, qu’elles soient régionales ou nationales, afin qu’elles puissent apporter leur contribution à la politique ».
Pas de campagne électorale permanente
« Maintenant que les élections régionales sont derrière nous il est important que nous restions concentrés sur l’action gouvernementale jusqu’en 2015. Un pays ne peut être en campagne électorale en permanence. Les prochaines consultations populaires auront lieu en 2015. Dans une démocratie chacun doit respecter les règles. Le rôle de l’opposition est de critiquer mais également de faire des propositions alternatives. On ne peut dégrader les débats démocratiques avec des insultes, la répétition de faussetés et la démagogie. Le 13 mars 2012 j’avais prorogé le parlement afin de présenter un nouveau programme gouvernemental. Pendant cette même période l’ancien président avait traîné une institution aussi importante que la présidence dans l’arène politique. Je l’avais mis devant ses responsabilités. Je lui avais dit qu’il n’est pas possible d’utiliser la présidence pour faire de la politique active. La présidence est une institution au sommet de l’État et qui doit rester au-dessus de la politique partisane. Juste après, le président a démissionné. Heureusement pour la République. La présidence a retrouvé aujourd’hui sa sérénité et son intégrité. Je l’ai toujours dit et nous l’avons fait. Il faut laisser les institutions fonctionner dans la sérénité.
En tant que Premier ministre je ne permettrai à personne de mettre en péril le bien-être et l’avenir de notre société. Il y a des grands défis devant nous. Le pays a besoin de stabilité politique et d’harmonie sociale. Ce sont deux éléments essentiels pour le développement d’un pays et pour le progrès. En tant que Premier ministre il est de mon devoir de ne laisser personne jouer avec la stabilité du pays et l’avenir de vos enfants surtout à un moment aussi crucial pour nous avec l’économie mondiale qui passe par une des plus grandes crises de l’histoire ».
Situation économique honorable
« Alors que plusieurs pays souffrent à travers le monde, en particulier en Europe où le chômage fait des ravages, où les États ne sont plus en mesure d’assurer le bien-être de leurs populations, nous sommes en mesure de faire face à la situation honorablement. Nous continuons notre développement. Nos continuons à améliorer les conditions de vie de tous les citoyens de la République de Maurice alors que dans beaucoup de pays on réduit les salaires des employés et met des gens au chômage. Nous sommes fiers qu’à Maurice nous soyons en mesure d’offrir un nouveau PRB au coût de Rs 4,6 milliards qui sera payé en une seule tranche. En plus nous avons donné des augmentations salariales à travers des négociations tripartites. Nous avons réussi à augmenter les pensions de vieillesse et les autres allocations sociales. Je ne connais pas beaucoup de pays qui ont accordé ce niveau d’augmentation alors que les pays réduisent les allocations sociales et augmentent les taxes en même temps. Si aujourd’hui nous avons réussi à gérer l’économie, continuer la croissance et réduire la dette publique sans augmenter les taxes directes, et en même temps augmenter les budgets destinés à l’éducation, à la santé, à la sécurité sociale et consolider le Welfare State, ce n’est pas un hasard, c’est le résultat d’une vision claire, d’une politique cohérente et d’une collaboration active de toute la population. Beaucoup d’institutions internationales reconnaissent notre performance économique et sociale dans un contexte économique mondial extrêmement difficile. Pas plus tard qu’il y a quelques jours, Christine Lagarde, la directrice du Fonds monétaire international, a félicité le pays pour sa stratégie d’avenir, sa vision et son leadership. Cela dit, je suis bien conscient que certaines familles connaissent certaines difficultés. Laissez-moi rassurer la population que le gouvernement continuera à entreprendre des actions pour que ces familles réussissent à surmonter leurs problèmes.
Le gouvernement est là afin de créer les conditions pour que le pays continue à progresser et à se moderniser afin d’améliorer la vie de chaque famille mauricienne. C’est ce que nous faisons depuis 2005 avec les réformes que nous avons introduites. J’ai confiance lorsque je vois ce que nous avons accompli jusqu’à l’heure. L’année écoulée a été marquée par des avancées importantes pour moderniser et continuer à développer le pays. Là où vous regardez, vous verrez que le pays est un grand chantier : nouvelles routes, nouveaux hôpitaux, nouvelles universités, nouveaux réservoirs, nouvel aéroport moderne. Le projet de métro léger a démarré. Cela apportera un grand changement au niveau du transport. Enfin nous aurons un système de transport moderne. Le gouvernement met l’accent sur les technologies d’avenir et le bien-être de toute la population. Des tablettes électroniques seront distribuées aux élèves de la Form IV, des nouvelles cartes d’identité sont en développement en liaison avec l’informatisation du service public pour plus d’efficience et la formation dans le secteur informatique pour les nouveaux gradués, et nous avons aussi introduit de nouvelles technologies pour la formation et l’éducation des plus jeunes ».
La sécurité préoccupation majeure
« Cette année nous avons continué notre combat sans relâche contre la drogue et les marchands de la mort avec pour résultat que la police a réussi à démanteler un gros réseau de trafic de drogue. Je saisis l’occasion pour féliciter l’ADSU et la police pour le gros travail fait. Nous continuerons à assurer une meilleure sécurité pour toute la population. Nous poursuivons la modernisation de la police. Les chiffres indiquent que le taux de criminalité a baissé.
La sécurité reste une préoccupation majeure. Des mesures ont déjà été prises pour réduire le nombre d’accidents fatals sur les routes. Le permis à points entrera en vigueur en février et sera accompagné d’autres mesures. Le gouvernement reste déterminé à affronter tous les défis. En ce qui concerne le problème de l’eau le gouvernement met en oeuvre un programme pour remplacer les vieux tuyaux. Nous construisons de nouveaux réservoirs. Nous avons déjà pris la décision que tous les nouveaux établissements hôteliers devront avoir leur propre station de dessalement. Lors de ma visite à Singapour, un pays qui importe de l’eau, je leur ai demandé de faire une étude au niveau national. Le rapport est prêt et j’ai l’intention d’appeler tous les responsables pour leur demander de mettre en oeuvre les mesures préconisées.
Concernant l’emploi nous avons investi dans les infrastructures et mettrons l’accent sur les nouvelles technologies en vue de la création de nouveaux emplois. Nous mettrons l’accent sur le développement de l’État océan pour générer la croissance, la richesse et l’emploi à tous les niveaux. Des législations spéciales seront introduites afin de redynamiser le développement social et économique de Rodrigues. Nous investissons dans les infrastructures routières, le secteur de l’eau, l’école et la formation. Nous accordons également des subsides sur le fret pour le riz et la farine afin que les consommateurs rodriguais payent le même prix que les consommateurs mauriciens. Comme je l’ai dit lors de ma visite officielle à Rodrigues en novembre il ne faut pas qu’il y ait d’écart entre Maurice, Rodrigues et Agalega en termes de technologie et de communication.
En ce qui concerne les Chagos, le gouvernement est déterminé à continuer la lutte pour faire reconnaître le droit d’exercer notre souveraineté. Nous utiliserons tous les moyens légaux et politiques pour défendre l’intégrité de notre territoire ».
Nation building
« L’année écoulée a été marquée par des progrès importants dans la construction d’un pays où il y a plus d’égalité de chances et une nouvelle dynamique pour notre Nation building. Pour la première fois la République dispose d’une commission pour l’égalité de chances. Il est important qu’aucun Mauricien ne sente que ses droits ont été lésés. L’Equal Opportunities Commission a déjà commencé son travail. C’est un engagement que j’avais pris envers la population et je suis heureux que mon gouvernement ait honoré cet engagement. Je suis également heureux d’avoir démarré un projet de Nation building pour promouvoir un sens d’identité et de destin commun et la fierté d’être Mauricien.
Le projet pilote a réuni au moins 200 jeunes venant de tous les coins du pays et cela a été un grand succès. J’ai parlé à ces jeunes et ils sont emballés par ce projet. J’ai confiance dans la capacité des jeunes de construire une nation moderne, unie, disciplinée et solidaire.
Le pays célébrera ses 45 ans d’indépendance cette année. Le chemin que nous avons fait ensemble côte à côte a permis au pays de connaître le bonheur et la prospérité. Maurice est un petit pays loin de tout, sans aucune ressource naturelle et nous avons accompli beaucoup de choses sur le plan économique et social. Malgré certaines faiblesses nous avons réussi à construire une société stable qui vit dans l’harmonie. Avec la globalisation, le monde change à grande vitesse. Le monde en 2023 ne sera pas comme il était dans les années 1980. Aujourd’hui il n’y a plus de protocole sucre ou de filet de protection pour nos produits. Aujourd’hui nous avons à entrer en compétition avec des pays plus grands que nous et où la main d’oeuvre est moins chère.
Nous sommes obligés de nous adapter, d’innover et faire des efforts pour réussir. Il nous faut continuer à travailler ensemble afin d’être sûrs d’obtenir de la croissance, de créer de l’emploi surtout pour les jeunes afin de poursuivre sur le chemin du progrès.
Il nous faut nous concentrer sur l’essentiel et mettre toute notre énergie à la construction. J’ai une confiance totale en notre capacité à nous réinventer et à surmonter tous les obstacles. L’avenir ne se construit pas avec des rétrogrades et des passéistes. Chacun d’entre nous doit avoir un esprit de bâtisseur tourné vers l’avenir et mettre l’intérêt national avant tout. C’est ainsi qu’un pays moderne et fort se construit.
En ce premier jour de l’année je tiens à rendre hommage à tous nos aînés sans lesquels nous ne serions pas arrivés là où nous sommes. J’ai aussi une pensée pour la jeunesse du pays. Ce sont les jeunes qui reprendront le flambeau. Ce que nous construisons aujourd’hui est pour eux et pour les générations futures. Je l’ai toujours dit, je crois dans un pays, une nation et un destin. Ensemble nous continuerons à avancer dans l’unité, l’égalité et la modernité ».
Le Premier ministre s’est finalement associé à son épouse Veena pour souhaiter à la population de Maurice de Rodrigues, d’Agalega et de St Brandon une bonne année.