Le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructure publiques Anil Baichoo a présidé ce matin la signature du contrat de service-conseils entre la Singapore Cooperation Enterprise (SCE) et le gouvernement de Maurice pour l’exécution du projet de métro léger (Light Rapid Transit – LRT). Le Permanent Secretary au ministère du Transport intérieur, Nayen Koomar Ballah, a signé pour le gouvernement mauricien, tandis que le directeur de la SCE, Alvin Lim, représentait la partie singapourienne. Le responsable de la Mass Transit Unit, le Dr Koshik Reesaul, assistait aussi la cérémonie.
Dans une courte intervention, peu avant la signature du contrat, Anil Baichoo a rappelé que suite à la visite du Premier ministre Navin Ramgoolam à Singapour en 2010, le gouvernement mauricien a donné son aval à ce que la SCE soit recrutée, ensemble avec ses partenaires, notamment la Singapore Mass Rapid Transit (SMRT) Corporation Ltd et la Aurecon Ltd, pour aider le gouvernement mauricien à préparer les documents de demande à projets à l’intention des promoteurs potentiels dans le cadre de l’exécution du projet de métro léger à Maurice.
Un Steering Committee a subséquemment été mis sur pied sous la présidence du Secretary to Cabinet et Chef de la fonction publique Suresh Seebaluck. Ce comité de pilotage avait pour tâche, a poursuivi le ministre, d’examiner les modalités du projet de LRT. « De là, la SCE a été invitée à soumettre ses propositions », affirme Anil Baichoo.
« Les propositions de la SCE ont par la suite été examinées par un Due Diligence Committee comprenant des représentants locaux, soutenu par l’aide du gouvernement indien en la personne de M. Srivastava de la RITES, une agence gouvernementale indienne ».
La SCE aura les principales attributions suivantes, suite à la signature de l’accord de ce matin : D’abord, établir un alignement réalisable pour l’ensemble du réseau du métro léger dans le corridor Curepipe/Port-Louis. Puis, effectuer une étude sur la viabilité financière et économique relative à la mise en oeuvre du projet sur l’alignement Curepipe/Port-Louis. Troisièmement, concevoir le projet ainsi que les plans préliminaires de manière à susciter l’intérêt des opérateurs du marché, surtout de ceux qualifiés pour réaliser de tels projets. Et enfin, considérer comme prioritaire l’éventuelle extension du corridor Curepipe/Port-Louis vers le nord et le sud.
« Nous estimons que ces travaux préliminaires auront été terminés d’ici 13 mois et nous pourrions ensuite passer à la phase de l’appel d’offre international et commencer éventuellement la construction du métro léger à proprement parler », affirme Anil Baichoo.
« Cette signature entre le gouvernement mauricien et la SCE, pour le compte du gouvernement singapourien, marque aujourd’hui le début de la réalisation du projet de métro léger mauricien. Ce n’est qu’après ce travail de la SCE que le coût total de construction pourra être connu », a révélé le vice-Premier ministre.