Après la constitution du jury dans le procès d’Avinash Ramgotee aux Assises, hier, la séance a repris dans l’après-midi. Alors qu’un témoin, Mookesh Seednan, produisait des pièces à conviction, une jurée a fait un malaise. Elle a ensuite fait part de sa décision de se retirer du procès pour des raisons de santé. Le Principal State Counsel, Me Medhi Manrakhan, a pour sa part exposé les conditions dans lesquelles Indira et Asha Jhurry ont été retrouvées sans vie à leur domicile. La séance reprendra demain.
L’audience dans le cadre du procès d’Avinash Ramgotee a repris hier après-midi avec l’opening address du Principal State Counsel Me Medhi Manrankhan qui a exposé l’affaire aux membres du jury. Il s’est attardé sur les circonstances du meurtre des deux belles-soeurs Jhurry retrouvées chez elles à Lallmatie dans la soirée du 6 janvier 2006.
Le représentant de la poursuite a expliqué que ce procès se basera principalement sur des circumstancial evidences. Il a aussi affirmé que c’est un cas de meurtre. Durant le procès, a-t-il soutenu, il démontrera au jury qu’il y a eu acte de violence et intention de tuer avec préméditation.
Me Manrakhan est revenu sur les faits indiquant qu’au moment de son arrestation Avinash Ramgotee qui était alors étudiant à l’université de Maurice a nié les accusations. Ce n’est que huit jours après qu’il a dénoncé son oncle Rajesh Ramlogun comme étant celui qu’il avait vu au domicile des Jhurry et qui l’avait agressé. Rappelons que celui-ci, arrêté par les membres de la MCIT, est décédé en cellule policière en 2006.
« The accused came up with a fanciful story that it was his uncle who killed the two ladies and stabbed him. The case will show that his uncle was not on the murder scene. He was a simple and frail labourer who never had any problems with his neighbours », a soutenu le Principal State Counsel. Celui-ci est assisté dans ce procès d’Abdool Raheem Tajooden (State Counsel), de Kesri Soochit (State Counsel) et de Sanjeev Baungally (Principal State Counsel). Avinash Ramgotee est lui défendu par Me Siv Pottaya.
Après l’opening address, Teeluck Raj Boobun, District Clerk ayant enregistré les déclarations de l’accusé lors de l’enquête préliminaire, a témoigné. Il est ainsi revenu sur les quatre dépositions d’Avinash Ramgotee données le 24 janvier 2006, le 1er février 2006, le 9 février 2006 et le 29 juillet 2009.
Avinash Ramgotee y explique que le jour du drame, avant 20 heures, il se trouvait chez lui à Lallmatie. Il s’est ensuite rendu à l’anniversaire d’un cousin qui habite à quelques minutes de chez lui. Après y avoir passé quelques minutes, il soutient être retourné chez lui pour se laver les mains car il avait cassé un oeuf sur la tête de son cousin.
L’accusé affirme être resté chez lui juste le temps de se laver les mains et de les sécher après quoi il s’est rendu à la boutique du coin. C’est en route qu’il aurait entendu des cris provenant de la maison des Jhurry. Il soutient aussi avoir échangé quelques mots avec des amis en chemin.
En entendant ces cris, l’accusé se serait rendu chez les Jhurry pour s’enquérir de la situation. « I pressed the door bell but there was no response, no noise only sound of music coming from the TV », avait-il expliqué. Dans sa déclaration, Avinash Ramgotee avait même donné des détails sur le film qui jouait ce jour là sur la MBCTv. Selon lui, le film avait débuté depuis dix minutes. Il était alors aux alentours de 20 h 20, a-t-il soutenu. Il a aussi expliqué qu’en entrant dans la maison, il a vu un premier cadavre. Il serait ressorti immédiatement pour demander de l’aide. C’est à ce moment là qu’il aurait entendu un deuxième bruit. En retournant, il aurait découvert un second cadavre avant d’apercevoir la silhouette de Rajesh Ramlogun. Il accuse d’ailleurs son oncle de l’avoir pourchassé et poignardé.
Le deuxième témoignage dans cette affaire a été celui de Mookesh Seednan qui a produit hier les pièces à conviction. Durant cet exercice, une jurée s’est effondrée. La séance a alors été suspendue pour une quinzaine de minutes.
La jurée ayant fait part de sa décision de ne plus continuer, les avocats devront choisir un remplaçant lors de la séance de demain. Les auditions pourront alors se poursuivre. Cette affaire compte 72 témoins.