L’enquête policière sur le meurtre de Yogen Seeneevassen (27 ans) a connu des développements hier avec le rapport d’autopsie apportant un nouvel élément suivi d’autres révélations de son épouse Selvina Seeneevassen (24 ans). Les informations concordantes de sources policières confirment que la victime a été agressée mortellement avec un couteau de cuisine et non avec un tesson de bouteille comme a tenté de vendre la présumée meurtrière à l’escouade de la Criminal Investigation Division du Nord, sous la supervision du Chef Inspecteur Beehary. En début d’après-midi, les limiers attendaient l’avocat de la suspecte en vue des prochaines étapes de l’enquête.
Dans un premier temps durant son interrogatoire, soit après avoir dénoncé formellement les disputes conjugales répétitives, Selvina Seeneevassen avait soutenu qu’au cours des échanges dans la soirée de dimanche, elle avait saisi le poignet de son époux — qui tenait un tesson de bouteille —, et l’a retourné contre lui. Cependant, le rapport d’autopsie devait trahir la présumée meurtrière, révélant que l’arme du crime ne saurait être un tesson de bouteille vu qu’un « Sharp Instrument » avait été utilisé pour commettre cet acte. Confrontée à ces nouvelles preuves accablantes, Selvina Seeneevassen a fait de nouvelles révélations cruciales sur l’arme utilisée et la chronologie du scénario de dimanche soir.
La présumée meurtrière devait alors revenir sur ses confessions initiales, expliquant aux hommes du CI Beehary qu’en voyant Yogen Seeneevassen briser la bouteille pour l’agresser, elle s’est emparée d’un couteau de cuisine. La jeune femme de 24 ans, qui a plaidé la légitime défense tout au long de son interrogatoire, devait ensuite porter un coup à son époux qui lui a été fatal. Selvina Seeneevassen a affirmé avoir ensuite lavé le couteau et l’a caché dans la salle de bain ; Elle a délibérément embarqué les enquêteurs sur la fausse piste du tesson de bouteille.
La suspecte est retournée sur les lieux du crime hier après-midi pour identifier formellement le couteau utilisé pour commettre le meurtre de son époux, à la suite d’une énième dispute entre eux et après une beuverie. Après cette étape, Selvina Seeneevassen a été reconduite en cellule policière. Avec les zones d’ombre éclaircies sur le meurtre de Yogen Seeneevassen, boulanger de son état, les responsables de l’enquête policière ont entériné la décision d’effectuer la reconstitution demain — vu que les funérailles de la victime sont prévues aujourd’hui.
Par ailleurs, à Deep-River l’enquête policière initiée sur le meurtre de Sylvano Brett (32 ans) a progressé avec l’arrestation de quatre suspects jusqu’ici : Mohamad Irfan Boodhun (29 ans), Raj Kamal Deerpaul (20 ans), Kevin Papillion (21 ans) et Pravesh Kumar Ramai (18 ans). Selon les informations disponibles, la victime était en compagnie de ses quatre « amis » dans l’après-midi de dimanche à Deep-River pour une beuverie. Dans un premier temps, ces quatre habitants de Pont-Lardier, Rivière-Sèche, s’étaient rendus au domicile de Sylvano Brett en vue de l’embarquer dans cette « sortie ». Alors qu’ils se trouvaient dans un champ de canne à Deep-River et après avoir consommé de l’alcool, une histoire de vol au préjudice d’un des quatre jeunes suspects devait remonter à la surface. Les quatre présumés meurtriers devaient alors frapper Sylvano Brett avant de le laisser gisant sur le sol. Ce n’est qu’hier matin que la police de Rivière-Sèche a découvert la victime. Durant son évacuation vers l’hôpital, Sylvano Brett est parvenu à confier les noms de ses agresseurs aux policiers avant de rendre l’âme. Après un travail de terrain et un exercice d’« intelligence Gathering », les limiers de la CID de Rivière-Sèche ont arrêté les quatre suspects, qui n’ont pas tardé à passer aux aveux. Avec l’interrogatoire des présumés meurtriers, les enquêteurs s’apprêtent à appréhender un cinquième suspect dans les meilleurs délais.
Les quatre jeunes hommes ont comparu au tribunal de Flacq hier pour une accusation provisoire de meurtre. L’autopsie pratiquée sur Sylvano Brett conclut qu’il est mort des suites d’un « shock due to multiple injuries ».