Arrêté le 31 décembre 2013 pour le meurtre de la sexagénaire Rookmin Heera, Parmendra Ramadhin restera en détention. Telle est en tout cas la décision du magistrat de la Bail and Remand Court, Neesham Jugnauth, après avoir tenu compte du casier judiciaire chargé de l’accusé et des risques que celui-ci commette d’autres délits du genre.
Dans son “ruling”, le magistrat a soutenu qu’il était dans l’intérêt public que Parmendra Ramadhin reste en détention, celui-ci ayant commis ce délit alors qu’il était déjà en liberté conditionnelle pour un autre. Compte tenu de son casier judiciaire « bien chargé », le magistrat, Neeshal Jugnauth, a donc estimé qu’il n’y a « no suitable bail conditions can be imposed on the applicant to reduce or minimise the risk of re-offending as identified by the respondent ». Pour objecter à sa demande de remise en liberté conditionnelle, la police avait par ailleurs soulevé les risques qu’il prenne la fuite en raison de la charge de meurtre pesant sur lui et du risque que l’accusé ne commette d’autres délits. Le prévenu, pour sa part, avait demandé à la Cour de lui accorder la liberté sous caution, soutenant qu’il n’avait jamais eu l’intention de tuer Rookmin Heera et qu’il a la responsabilité de sa « vieille mère ».
« The Court has an overriding duty to carry out a balancing exercise between the right to liberty of the applicant and the necessity to preserve the interests of the society . In carrying out the balancing exercise, I am of the view that the applicant cannot be released on bail », a souligné le magistrat. Pour rappel, Rookim Heera avait été retrouvée morte sur son lit par son neveu le 31 décembre 2013. Si rien ne laissait d’abord présager qu’il s’agissait d’un meurtre, l’examen post-mortem aura toutefois révélé que la victime avait été étranglée. La boutique que tenait Rookmin Heera avait par ailleurs été cambriolée. Des bijoux, qu’elle gardait dans un tiroir – de même que des cartes prépayées de téléphones mobiles et une certaine somme d’argent –, avaient également disparu. La victime, qui vivait seule, avait pour habitude d’ouvrir son commerce vers 7h chaque matin pour baisser des volets vers 19h. Des clients habituels venaient néanmoins s’approvisionner jusqu’à fort tard. C’est en ne voyant pas le commerce de sa tante ouvert à l’heure habituelle qu’un de ses neveux allait s’enquérir de la situation, faisant ensuite la macabre découverte. Hussein Mooneer et Vicky Ramadhin avaient été arrêtés dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Rookmin Heera.