Les jurés de la Cour d’assises ont déclaré hier, en fin d’après-midi, Bruno Babooram coupable du meurtre de Florence Edouard, son ex-épouse, et ce, au bout de quatre heures de délibération. Les débats sur la sentence auront lieu jeudi. Bruno Babooram risque une peine allant jusqu’à 45 ans de prison. Il avait plaidé non coupable, clamant son innocence tout au long du procès.
Vendredi à la barre des témoins, Bruno Babooram a nié avoir tué son épouse et a une fois de plus clamé son innocence. Ses avocats invoquaient lundi, lors des plaidoiries, plusieurs « failles » de l’enquête policière. Malgré ses dénégations, Bruno Babooram a été reconnu coupable des faits par le jury, hier à 17h05, à une majorité de sept contre deux.
Le procès de Bruno Babooram devant les Assises a duré une semaine et a été marqué par les témoignages de plus d’une vingtaine de personnes, notamment de Patrick Tonta, qui était en compagnie de la victime et qui avait reconnu Bruno Babooram comme étant celui qui l’avait agressée. Ce témoignage clé a pesé de tout son poids dans cette affaire, l’enquête policière n’ayant relevé aucun élément incriminant contre l’accusé. Si le témoin a soutenu que c’est Bruno Babooram qui a commis le crime, il avait avoué cependant avoir perdu connaissance lors de l’agression et dit ignorer ce qui s’est ensuite passé.
Auparavant dans son “summing up”, le juge Benjamin Marie-Joseph a rappelé aux membres du jury leur rôle et responsabilité, et a fait un rappel des témoignages et preuves qui ont été présentés durant le procès. Étant des “judges of facts”, les jurés sont appelés à se baser uniquement sur les preuves et témoignages déposés en cour pour prendre leur décision. Me Kishore Pertab, avocat de la défense, a insisté auprès des membres du jury à travers son “closing speech” qu’ils doivent être convaincus « beyond reasonable doubt ». Dans son réquisitoire lundi, la représentante du Parquet, Me Mohana Naidoo, est, elle, revenue sur la mort de Florence Edouard, s’attardant sur « le besoin que justice soit faite ».
Florence Édouard avait quitté Rodrigues après la mort de son époux pour s’installer à Maurice, où elle a rencontré Bruno Babooram, 43 ans, avec qui elle a eu cinq enfants. Quelques années plus tard, Florence Édouard, victime de violences domestiques, a décidé de se séparer de son époux. Celui-ci, incapable de digérer son départ, aurait alors tenté, à plusieurs reprises, de la convaincre de revenir. Mais, Florence Édouard voyait un autre homme. Ne pouvant supporter cette idée, Bruno Babooram l’a alors agressée à l’arme blanche, alors qu’elle se trouvait avec son nouveau compagnon sur un terrain de football. Ce dernier avait été grièvement blessé à coups de hache portés à la tête. Bruno Babooram a plaidé non coupable d’une accusation de “manslaughter”. Il était défendu par Mes Kishore Pertab, Manoj Seeburn, Ketan Seeburrun, Béatrice Prèle-Frundi et Renita Bungaroo. Alors que la poursuite était représentée par Mohana Naidoo, Senior assistant Director of public prosecutions.