Le ministre de l’Éducation tertiaire a effectué une visite hier à la Middlesex University située à Bonne-Terre, à Vacoas. Rajesh Jeetah a ainsi pu rencontrer les étudiants étrangers, issus majoritairement des pays africains, qui lui ont fait part de leurs difficultés à trouver un stage dans une entreprise mauricienne ou même de travailler. Par ailleurs, ils ont évoqué entre autres le coût élevé du logement, les difficultés alimentaires ainsi que le sentiment de ne pas être acceptés par certains Mauriciens.
La Middlesex University, établie à Maurice en septembre 2010, compte 300 étudiants, dont la moitié sont des étrangers issus des pays d’Afrique, notamment le Nigeria et le Kenya. Lors de la rencontre avec le ministre de l’Éducation tertiaire hier, ces jeunes n’ont pas hésité à faire part des problèmes courants qu’ils rencontrent. Bien que récemment les étudiants étrangers aient été autorisés à travailler 20 h par semaine, trouver un emploi demeure un véritable casse-tête pour eux. « If we want to work in local companies, we realise that preference is given to local students. We keep searching for jobs and getting the right jobs », soulignent ces jeunes. Ces étudiants ont lancé un appel au ministre Jeetah pour intervenir en vue de faciliter le processus d’embauche des étudiants étrangers, car ont-ils fait ressortir, pour certains programmes d’études, les stages en entreprise sont obligatoires. Par ailleurs, la majorité de ces étudiants ne vivent pas sur le campus. Ils sont dans des familles d’accueil ou louent leur propre logement. « We have difficulty to have low cost houses and we are surprised to see that when it comes to foreign students, the price of cabbage and any other thing goes up », a fait ressortir un étudiant nigérian.
Si certains ont évoqué la good hospitality of the Mauritian, d’autres ressentent quand même le sentiment de ne pas être acceptés, soulignant la difficulté de s’adapter à notre style de vie et surtout de s’intégrer à la société. « We want to have the chance to share things and meet people. We want to feel as one. What will we bring to our country from Mauritius ? », ont soutenu ces jeunes. Les étudiants souhaitent ainsi disposer d’une International Foreign Students Society afin de faire entendre leurs voix. Cette société pourrait aussi gérer certains de leurs problèmes, tels que les aider à trouver certains aliments et autres produits. Lors de cette rencontre, les étudiants ont également soulevé plusieurs interrogations quant au transport et service de santé gratuits pour les étudiants étrangers.
Attentif à leurs doléances, le ministre de l’Éducation tertiaire a déclaré avoir à coeur le bien-être des étudiants étrangers. Rajesh Jeetah, qui s’est dit choqué d’entendre que des Mauriciens leur font payer les produits plus cher, leur a demandé de dénoncer ces commerçants. Le ministre a aussi indiqué qu’il interviendra auprès de la Tertiary Education Commission afin de voir comment faciliter le processus d’embauche et de work permit.
Concernant des opportunités de rencontrer d’autres étudiants, le ministre Jeetah a évoqué la compétition Universiade qui offre une plate-forme de rencontres pour toutes les institutions tertiaires du pays. Le ministre se penchera aussi sur d’autres stratégies en vue d’encourager l’intégration des étudiants étrangers.
Au cours de sa visite à la Middlesex University hier, le ministre a aussi eu l’occasion de rencontrer huit étudiants étrangers du JSS Academy. Ils viennent notamment d’Inde (Mysore, Bangalore et Bihar), du Kenya et de la Tanzanie. Trois des étudiants indiens ont indiqué qu’ils se sont intégrés facilement à Maurice.
Le ministre Jeetah devrait rencontrer les autres étudiants prochainement.