La Market Traders Association (MTA) a dénoncé, à travers plusieurs correspondances à la mairie de Port-Louis, le non-respect des horaires de certains Auction Sales de la capitale. Selon Isoop Soobadur, président de la MTA, cette pratique priverait certains maraîchers de se ravitailler en fruits et légumes de qualité.
Les maraîchers opérant au marché central, s’approvisionnant en fruits et légumes dans les Auction Sales (ventes aux enchères) de la capitale, tirent la sonnette d’alarme à propos des horaires pratiqués pour ce type de ventes. Prenant pour exemple une vente près de la place de l’Immigration – à proximité de l’église Saint-Antoine –, ils indiquent que l’exercice débuterait vers… une heure du matin. Un horaire qui priverait certains maraîchers des meilleurs produits, ces derniers « ne pouvant se déplacer à cette heure-là pour faire leurs achats », explique Isoop Soobadur, président de la Market Traders Association (MTA). « Une fois le jour levé, lorsqu’ils s’y rendent, les meilleurs produits ont déjà été écoulés. Les maraîchers sont alors obligés d’accepter des fruits et légumes de qualité inférieure, car c’est tout ce qui reste. »
Selon M. Soobadur, la loi préconise que ces activités débutent dès 5 heures du matin. « Or, le problème, c’est que dans ce cas, elles commencent avec quatre heures d’avance », soutient-il, avant d’avancer que les bénéficiaires sont les marchands ambulants écoulant leurs produits « sur la place publique ».
La MTA dit avoir à plusieurs reprises informé les autorités sur la problématique, « mais sans résultat ». L’association a également souhaité rencontrer le lord-maire, Aslam Hossenally, pour lui faire part de ces pratiques. « Mais nos griefs sont restés lettres mortes », dit-il. Pour la MTA, une rencontre avec les autorités permettrait non seulement d’évoquer la question des Auction Sales, mais aussi des colporteurs et du stationnement sauvage dans l’enceinte du marché central.